05/03/2010

L'agenda militant 2010 !

MAI 2010

  •  jeudi 27 mai 2010 à 19 h

Oser penser à gauche

Pour un réformisme radical

par

Sophie Heine

Chercheuse FNRS au Centre d’études de la vie politique (CEVIPOL) de l’Université de Bruxelles.

Débat avec l’auteure

Dans cet essai, Sophie Heine décide de revisiter les définitions de trois mots qui jouent un rôle fondamental dans l’idéologie dominante : « libéralisme », « cosmopolitisme » et « réformisme ». Ceux-ci font partie des concepts qui ont joué un rôle majeur dans l’entreprise de dépolitisation et de disparition de la conscience des conflits de classe. Dévoyés et mis au service de fins particulières, leur signification radicalement émancipatrice a été occultée. Le libéralisme s’est mué en une pensée indifférenciée, créant l’illusion d’une résolution des contradictions sociales par une théorie économique unique et n’appréhendant le conflit que sous sa forme culturelle ou identitaire. Le cosmopolitisme a permis de justifier le dépassement non seulement des identités nationales étroites mais aussi des souverainetés politiques et économiques. Le langage des « réformes » est quant à lui devenu le chapeau du lent délitement de la plupart des institutions sociales mises en place dans le cadre des États sociaux après 1945. Face à ces interprétations hégémoniques, deux options se présentent aux courants de gauche. La réaction la plus simple et au premier abord la plus évidente consiste à rejeter ces trois termes en bloc et à se réclamer de leur contraire en se définissant comme « antilibéraux », « patriotes » et « révolutionnaires ». À l’opposé d’une telle stratégie, cet essai juge au contraire plus prometteur de ré-ouvrir le débat là où il a été clôturé par les présupposés et de ré-explorer et refonder ces trois traditions de pensée.

Renseignements : jeanpierre.mi@skynet.be
0472/253.490

  •  samedi 15 mai 2010

GLOBULES NOIRS présentent
à la Maison des Jeunes "Les Castors"
rue du Centre, 82 - 6250 Aiseau-Presles
dès 19h00 - 6 euro
avec:
CUT MY SKIN (punk rock - Berlin, Allemagne)
http://www.myspace.com/pattypattex
JEUNE SEIGNEUR (street punk - Brest, Bretagne)
http://jeune.seigneur.free.fr/
UNARMED RIOT (brutal punk reggae - Roeselare)
http://www.myspace.com/unarmedriot
INTESTINAL DISEASE (grindcore - Leuven)
http://www.myspace.com/intestinaldisease
THE FISTONS (punk-ska - Sambreville)
http://www.myspace.com/lesfistons

infos: http://www.myspace.com/globulesnoirs

Aiseau-Presles est un p'tit village à 13 kms de Charleroi et 4 kms de Tamines...

  • Vendredi 7 mai à 19 heures

 

Pour remettre le droit au centre de la question israélo-palestinienne
une conférence - débat avec
Pierre Galand
Membre du Comité international organisateur du Tribunal Russell - Président de l’Association Belgo-Palestinienne (ABP).
Salle André Vogels de la CGSP, Rue du Temple, 7 à La Louvière

À l’initiative du Collectif « Solidarité Palestine » de la région du Centre : Oxfam, la Ligue des Droits de l’Homme, la Braise, le Club Achille Chavée, Culture et Démocratie, Médecine pour le Peuple, Secours Populaire Wallonie/Bruxelles, Présence et Action Culturelle,...
  • 1er Mai 2010 dès 10 heures du mat'

1er mai avec le Club Achille Chavée
34, rue Abelville 7100 La Louvière
 
Précarité ? Assez !

Débat avec:

Elisabeth Augustyn – déléguée SETCa Lidl
Josiane Coruzzi – Collectif Solidarité Femmes
Rosaria Messina – déléguée SETCa Carrefour
Freddy Bouchez – Droits Devant
Geert Goderis -
Médecin
Robert Tangre –
Secours Populaire Wallonie/Bruxelles
Paul Trigalet – Solidarités nouvelles
Dominique Debelle – Coordinateur général du Relais Social

Après le débat : repas fraternel « le panier du marché ». Produits naturels de nos marchés et fermes de la région. 8 €.
Inscrïption vivement souhaitée pour le mardi 27 avril à 20 h au plus tard au 0472/253.490 ou jeanpierre.mi@skynet.be 


 

 AVRIL 2010

Vendredi 9 avril 2010

Au Club Achille Chavée
rue Abelville, 34 à La louvière


19h30

Vernissage / exposition
Collages de Sandro Baguet

20 heures. Débat:

Crise du capitalisme:
Que faire ? Alternative ? Unité ?


Pierre Eyben, Parti Communiste - PC
Céline Caudron, Ligue Communiste Révolutionnaire - LCR
Germain Mugemangango, Parti du Travail de Belgique - PTB
Nicolas Croes, Parti Socialiste de lutte - PSL
Modérateur: Stéphane Mansy

 
Avec


 

MARS 2010

Le Club Achille Chavée - 34, rue Abelville - 7100 La Louvière
vous invite à une rencontre-débat le vendredi 19 mars à 19 h

Après le sommet de Copenhague,

imagesComment repenser l’organisation sociale à la lumière des enjeux climatiques ?
Copenhague, Danemark, décembre 2009. Ce devait être la conférence sur l’avenir de notre planète, le plus grand rassemblement international pour la sauvegarde de l’humanité mais ce sommet n’a pas été à la hauteur des espoirs citoyens : pas d’accords clairs, aucun objectif chiffré de réductions d’émissions, le poids économique de la Chine et des Etats-Unis face au reste du monde, conflits d’intérêts Nord/Sud  etc. Mais Copenhague c’est aussi tout le « off » : une mobilisation citoyenne massive : les milliers d’organisations, mouvements, ONG, syndicats présents tous mobilisés pour une seule et même cause commune : non aux conséquences environnementales, sociales et politiques du réchauffement climatique ! Des dizaines de milliers de militants ont organisé plus de 250 conférences, rencontres,  ateliers, séances de projections etc. avec comme slogan phare « Changer le système pas le climat ».



L’objectif de cette soirée-débat n’est pas de faire le bilan sur Copenhague mais de penser plus large en terme d’impact sociaux-environnementaux dans notre vie quotidienne.  C’est l’occasion pour vous de poser vos questions aux intervenants présents pour essayer ensemble de  dégager des éléments de réflexions sur l’avenir de ces enjeux climatiques.  



Avec comme intervenants :

Jean-Baptiste Godinot pour les Objecteurs de Croissance

Simon Thaon, ingénieur chimiste


 

 

000000Dans le cadre de la mobilisation pour le retrait du contrôle de la disponibilité des chômeurs, débat organisé par l'ASBL CEPRé (Centre d'Education Populaire Régional) et la FGTB/Centre :

 

"LES CONSEQUENCES SOCIALES DE LA CRISE ECONOMIQUE ET DES EXCLUSIONS DU CHOMAGE"

LE LUNDI 22 MARS 2010 A 19 HEURESDANS LES LOCAUX DE LA FGTB/CENTRERUE AUBRY, 23 A HAINE-SAINT-PAUL

DEBAT AVEC :

PHILIPPE DEFEYT : PRESIDENT DU CPAS DE NAMUR-ECONOMISTE

BERNADETTE SCHAECK : GROUPE DE DEFENSE DES ALLOCATAIRES SOCIAUX

THIERRY BODSON : SECRETAIRE GENERAL DE LA FGTB/WALLONNE

AHMED RYADI : SECRETAIRE REGIONAL DE LA FGTB/CENTRE

MICHEL MARTELEZ : PRESIDENT DE LA FGTB/CENTRE

MODERATEUR : FREDDY BOUCHEZ

En préambule : "TOMBENT LES SANCTIONS"

Sketch des travailleurs sans emploi. Réalisé en collaboration avec le Théâtre du Copion,

la Compagnie Maritime, le Théâtre du Public.

Contact : Ahmed Ryadi, rue Aubry, 23, 7100 à Haine-Saint-Paul

Renseignements : 064/236173.

 

 
 
Au Club Achille Chavée, rue Abelville, 34 à La louvière
Oser penser à gauche


Pour un réformisme radical
par

Sophie Heine

Chercheuse FNRS au Centre d’études de la vie politique (CEVIPOL) de l’Université de Bruxelles.

Débat avec l’auteure

Dans cet essai, Sophie Heine décide de revisiter les définitions de trois mots qui jouent un rôle fondamental dans l’idéologie dominante : « libéralisme », « cosmopolitisme » et « réformisme ». Ceux-ci font partie des concepts qui ont joué un rôle majeur dans l’entreprise de dépolitisation et de disparition de la conscience des conflits de classe. Dévoyés et mis au service de fins particulières, leur signification radicalement émancipatrice a été occultée. Le libéralisme s’est mué en une pensée indifférenciée, créant l’illusion d’une résolution des contradictions sociales par une théorie économique unique et n’appréhendant le conflit que sous sa forme culturelle ou identitaire. Le cosmopolitisme a permis de justifier le dépassement non seulement des identités nationales étroites mais aussi des souverainetés politiques et économiques. Le langage des « réformes » est quant à lui devenu le chapeau du lent délitement de la plupart des institutions sociales mises en place dans le cadre des États sociaux après 1945. Face à ces interprétations hégémoniques, deux options se présentent aux courants de gauche. La réaction la plus simple et au premier abord la plus évidente consiste à rejeter ces trois termes en bloc et à se réclamer de leur contraire en se définissant comme « antilibéraux », « patriotes » et « révolutionnaires ». À l’opposé d’une telle stratégie, cet essai juge au contraire plus prometteur de ré-ouvrir le débat là où il a été clôturé par les présupposés et de ré-explorer et refonder ces trois traditions de pensée.

Renseignements : jeanpierre.mi@skynet.be
0472/253.490

14:19 Écrit par Communiste, c'est mon parti ! dans Visitez l'agenda militant ! | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.