28/03/2009

Le Parti Communiste présente une liste d'ouverture sous le sigle Parti-Communiste-Gauche Européenne

Enjeux des élections régionales et européennes et nos objectifs.

drapeauLe Parti Communiste est membre du Parti de la Gauche Européenne qui regroupe une trentaine de formations politiques (membres adhérents ou observateurs) dans toute l’Europe. Parmi ces membres : Die Linke (Allemagne), Synaspismos (Grèce), Parti Communiste Français, Rifondatione Comunista (Italie), Isquierda Unida (Espagne), Bloco (Portugal),… Toutes ces formations ne sont pas d’obédience strictement communiste, certaines sont plus socialistes, d’autres écologistes. Elles se sont accordées sur une plate-forme que vous pouvez trouver sur le site de la fédération du Centre du Parti Communiste: http://users.skynet.be/particommuniste.be/plateforme_pge.pdf

Le mode de décision est le consensus – il est important de le souligner. Cela veut dire que quelle que soit leur importance et leur représentativité, toutes les formations sont égales dans le processus d’élaboration et de décisions du PGE. Cela veut dire aussi que seuls les points de convergence figurent dans la plate-forme. Ceux qui font divergence continuent à être discutés et chaque formation reste libre de défendre son point de vue sur ces questions. Cette adhésion et ce mode de pratique ont profondément inspiré notre stratégie électorale.

Nous avons entrepris des démarches pour constituer un front de gauche aussi large que possible. De nombreuses rencontres n’ont malheureusement pas abouti à créer ce front. Nous regrettons l’éparpillement des formations de gauche alternative et la liste que nous vous présenterons dans quelques instants reste ouverte à toute modification significative. Nous lançons donc un appel pour élargir cette liste à toute formation politique, associative, syndicale,… ou à toute personnalité de la région qui voudrait associer leurs objectifs aux nôtres.

Contrairement aux formations dominantes qui utilisent les scrutins pour valoriser telle ou telle personnalité qui, dans la plupart des cas, a la ferme intention de ne pas siéger là où elle sera élue, nous entendons lier étroitement les enjeux politiques deux scrutins. L’Europe, c’est une évidence, influe toujours davantage les décisions politiques à tous les niveaux de pouvoir. Elle reste un pouvoir politique obscur pour la plupart des électeurs qui n’y voient –avec beaucoup de raison il est vrai- que les effets négatifs. Il faut dire que nos « décideurs » ont beau jeu de camoufler leurs propres décisions politiques en dénonçant « Bruxelles » comme l’instance de tous les maux. De fait, avec l’aval des gouvernements, l’Europe libérale telle qu’elle est conçue est une arme de destruction massive de nos conquêtes sociales et démocratiques. Les répercussions se font sentir, je le répète, à tous les niveaux de pouvoir : du local (une rencontre récente au Parlement européen avec le président du GUE, Francis Wurtz, l’a clairement mis en évidence) au fédéral, en passant par le régional. Pour nous, je vous le certifie, les deux scrutins sont étroitement liés. C’est une des raisons pour laquelle nous avons décidé de nous présenter aux deux élections sous le même sigle PC-GE (Parti Communiste – Gauche Européenne).

Les élections interviennent dans un contexte de crise du système capitaliste qui s’est caractérisé au départ par une crise financière due à des pratiques aventurières de la part de banques, de compagnies d’assurances,… importantes qui ont opéré avec l’aval des gouvernements. Pour sauver le système (officiellement, les revenus des épargnants), les gouvernements, le nôtre en particulier, ont injecté des milliards dans les banques. Ce qui va entraîner une période d’austérité –que l’on annonce longue- dont les principales victimes seront… les « épargnants ». Mais pas seulement eux : les licenciements, l’augmentation chômage prennent déjà des proportions catastrophiques. Ce sont les travailleurs qui sont frappés de plein fouet. L’hypocrite « activation des chômeurs » qui se traduit par des centaines d’exclusions du droit aux allocations qui ont pour conséquence de grever le budget des CPAS, va se poursuivre malgré les licenciements et la diminution de l’offre d’embauche. Bref, nous estimons que ces deux élections doivent s’inscrire dans la rupture avec le système qui fait la démonstration de sa nuisance pour la population. L’émergence d’une force de gauche alternative s’avère indispensable pour aiguillonner le changement : nous entendons être cette force !

Pour l’Europe, nous réclamons –entre autres- des structures démocratisées pour une Union européenne refondée. Nous sommes profondément et sincèrement européens, mais nous n’acceptons pas cette Europe libérale ci.

Nous sommes pour que l’Europe contribue à l’émancipation des travailleurs et des citoyens (notamment par l’augmentation des salaires et la réduction du temps de travail) et non pour une Europe à la solde des multinationales et de la haute finance.

Nous revendiquons la défense et la promotion d’un service public fort. Nous nous opposons résolument aux libéralisations en cours comme celle de la Poste qui est une imposture scandaleuse tant sur le plan économique que démocratique.

Nous voulons une Europe de la paix et du désarmement. Nous réclamons la dissolution de l’OTAN. L’Europe doit être solidaire des peuples et ouverte sur le monde. Tels sont quelques axes de notre campagne européenne.

jp32Pour la Région, nous réclamons –entre autres- la défense et la promotion des services publics. Nous faisons une différence très nette et fondamentalement politique entre services publics qui allient les intérêts des usagers et des agents et services au public qui peuvent être rendus par le privé dont l’objectif est avant tout lucratif.

Pour nous, la Région doit redevenir un agent économique. La concurrence « libre et non faussée » se veut une règle d’airain lorsqu’il s’agit de privatiser les profits ; elle s’assouplit quasi miraculeusement lorsqu’il s’agit de socialiser les pertes.

A noter à ce propos que les libéraux qui vitupèrent généralement sur la « Wallonie, région d’assistés », sont les premiers à soutenir l’intervention massive de l’Etat pour sauver les banquiers.

Nous préconisons un renforcement de la politique de construction et de réhabilitation de logements et un traitement humain et non bureaucratique des demandes de logement social. Nous continuons à défendre le développement du transport trimodal pour le fret de marchandises et celui du transport en commun pour les passagers.


 

Liste des candidates et candidats aux élections régionales – Arrondissement de Soignies 

 Effectifs

1. Jean-Pierre Michiels

Parti Communiste

Coordinateur de l’Association Culturelle Joseph Jacquemotte

Conseiller communal à La Louvière

2. Françoise Michel

Candidate d’ouverture

Enseignante

Ancienne présidente de la CGSP-Enseignement du Centre

3. Marcel Couteau

Parti Communiste

Ancien député, ancien bourgmestre et échevin

Conseiller communal et CPAS du Roeulx

4. Cécile Delcourt

Candidate d’ouverture

Technicienne de laboratoire

Militante associative

Suppléants

1. Stéphane Mansy

Parti Communiste

Animateur au Réseau Laïque de Solidarité

Ancien délégué CGSP-Administration

2. Nathalie Rozza

Parti Communiste

Educatrice en alphabétisation

Militante associative et syndicale

3. Jean-Pierre Duval

Parti Communiste

Technicien - papetier

Ancien conseiller communal Union Des Progressistes au Roeulx

4. Anne Mansy

Candidate d’ouverture

Educatrice en institution provinciale


Liste des candidates et candidats de la région pour les élections européennes

Edwin Penninckx

Ouvrier imprimeur

Ancien de Clabecq

Membre du Comité fédéral du Centre du Parti Communiste

Braine-le-Comte

Harmonie Gondry

Candidate d’ouverture

Etudiante en histoire à l’ULB

Le Roeulx

12:21 Écrit par Communiste, c'est mon parti ! dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.