27/02/2009

Communiqués du Comité fédéral du Centre du Parti Communiste du 26 février 2009

Défendre le droit de grève

Le recours systématique aux forces de l'ordre et à la justice par les employeurs pour briser les piquets de grève, à l'instar de Carrefour lors de la dernière grève dans ses succursales, constitue une atteinte inacceptable au droit de grève.


L'argument du "droit au travail" qui est invoqué par les patrons est une fumisterie quand on connaît la manière dont la plupart d'entre eux considèrent l'emploi, les conditions de travail, le statut du personnel, les salaires...

Le Comité fédéral du Centre du Parti Communiste exprime sa totale solidarité avec les organisations syndicales qui ont entamé une action en justice pour défendre le droit de grève, un droit inaliénable.

 

bochLa faïencerie Boch doit vivre

Le Comité fédéral salue l'action menée, depuis plus d’une semaine, par les travailleuses et les travailleurs de Boch pour sauver leur entreprise et ainsi la production de la vaisselle à La Louvière.
 
Cette entreprise étant le coeur industrielle de la ville, les communistes encouragent toutes les initiatives pour y maintenir l'activité faïencière.

Ils appellent le gouvernement wallon à prendre toutes ses responsabilités pour sauver ce fleuron de l'industrie traditionnelle wallonne, y compris si des repreneurs privés ne se manifestent pas.

18:06 Écrit par Communiste, c'est mon parti ! dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/02/2009

La Louvière. Le personnel Ville et CPAS en action. Grève générale du 12 février 2009.

Photo013Tôt ce matin, les piquets CGSP-administration sont en place. Maison Communale, Bâtiment de CPAS, rue de Belle-Vue.

Brasero ou café. Les travailleuses et travailleurs se réchauffent. Réchauffer ? L'unité, ça sert à ça. On doit bien constater l'agréable sensation de voir naître une réelle force syndicale au sein du personnel de la ville de La Louvière. Un esprit fraternel, solidaire et combatif. Sans excès. Juste défendre ses droits. Avec dignité.

Jean-Pierre Michiels, conseiller communal à La Louvière, Sandro Baguet (section de La Louvière) sont présents ainsi que d'autres camarades accompagnant leur délégation solidaire : SETCa, métallo,.... Nous distribuons notre communiqué ("Il résume fort bien la situation", nous déclare un agent communal). Il est bien accueilli (voir ici: http://rouges-vifs.skynetblogs.be/post/6690415/communique-du-pc ) . C'est clair. Pas mal de gens l'ont déjà lu via les chaines mails ou internet. D'autres s'étonnent de ne jamais lire nos communiqués dans la presse régionale... Hé oui ...Pour ça , notamment, que nous développons l'info sur la toile (sites, blogs, forums...).

Des discussions s'engagent. Quand va-t-on réduire le nombre de statuts précaires pour doter l’ensemble du personnel communal d'un statut normal et motivant? Les milliards coulent à flot vers les entreprises et les banques, sans contrôle sur l’utilisation qui en sera faite. Et rien, ou presque, pour les salaires. Et la hausse des prix ! Sûr que ce sont toujours les mêmes qui trinquent...

Le malaise est plus profond que l’octroi de chèques-repas ... comme certain(e)s veulent le faire croire... le personnel de la ville aimerait voir la majorité en place PS-MR-UDSC s'occuper du bien-être de son personnel.

Ainsi, les infirmières de la maison de repos du Laetare, le secteur "ouvrier, les techniciennes de surface, le personnel administratif, le personnel soignant,les assistants sociaux, les aides familiales dénoncent des conditions de travail qui se détériorent (non-respect des horaires, absence de considération de la part des hiérarchies, la moitié du personnel qui n’est pas statutaire, outils de travail défectueux....).

Quelles réponses compte donner le collège aux revendications des agents communaux et CPAS louviérois ? Notre conseiller Communal, Jean-Pierre Michiels, sera vigilant lors du Conseil Communal de lundi prochain ! La section aussi !

16:18 Écrit par Communiste, c'est mon parti ! dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

07/02/2009

Solidarité avec la population de Gaza... au conseil communal...

brout4Notre conseiller communal, Jean-Pierre Michiels a porté un point  à l’ordre du jour du  conseil communal de La louvière du 26 janvier dernier, dénonçant le soutien financier et les crédits accordés par Dexia Israël, filiale de Dexia S.A. à la colonisation du territoire palestinien.

Une motion a été votée ( l'unanimité moins deux abstentions ). Elle reprend des éléments de son intervention ( demande en urgence au Holding Communal de saisir le conseil d’administration).

Voici l'intervention de Jean-Pierre:

L’actualité internationale a été marquée en ce début 2009, par les bombardements de l’armée israélienne sur la bande de Gaza, bombardements qui sous le prétexte de viser les militants du Hamas, ont fait plus de 1100 morts dont plus de 400 enfants et près de 200 femmes. On dénombre en outre plus de 5000 blessés. Le type d’armes dont semble s’être servi Tsahal laisse à penser que les blessures dont sont victimes de très nombreux civiles auront des effets irréversibles.

Aujourd’hui, un cessez-le feu semble se dessiner. Hélas les problèmes pour la population palestinienne restent entiers.

Je me permets de vous interpeller non pas sur la question politique du conflit qui n’est pas de compétence communale mais il me semble que, La Louvière, ville de paix, se doit de prendre certaines dispositions en la circonstance.

Je pense tout d’abord aux enfants palestiniens pour lesquels nous pouvons manifester notre solidarité de deux manières. A l’instar du bourgmestre de Charleroi, ne pourriez-vous pas interpeller les deux hôpitaux de la ville pour qu’ils proposent d’accueillir des enfants grièvement blessés pour y être soignés.

Les images de Gaza montrent des villes et camps entièrement dévastés ; des écoles ont été rasées. Une opération de récolte de matériel scolaire dans les écoles louviéroises au sein de nos deux réseaux si possible mais à tout le moins dans le réseau officiel me paraîtrait également utile.

Par ailleurs, ne conviendrait-il pas de mandater les administrateurs louviérois à l’assemblée et au CA de Dexia pour dénoncer le fait que, par l’intermédiaire de sa filiale israélienne, dénommée Otzar Hashilton Hamekomi (« Trésor du Pouvoir local »), spécialisée dans le financement des communes et collectivités locales israéliennes, Dexia participe au financement d’une politique illégale de colonisation du territoire palestinien et souhaiter sensibiliser et interpeller à ce sujet les membres du Conseil d’Administration de Dexia ainsi que ses actionnaires publics afin qu’il soit mis fin immédiatement à cette pratique qui soutient une stratégie d’enlisement du conflit, contraire au droit international. Je tiens à préciser que La Louvière ne serait pas isolée en défendant une telle position puisque notamment Viroinval et Forest ont décidé de le faire.

Proposition de motion:

Le conseil communal de La Louvière

Dénonce le soutien financier et les crédits accordés par Dexia Israël, filiale de Dexia S.A.

Demande en urgence au Holding Communal de saisir le conseil d’administration de Dexia S.A. afin que celui-ci :

  • dénonce publiquement la politique de sa filiale israélienne
  • limoge pour faute grave les responsables de sa filiale israélienne
  • redéfinisse clairement et publiquement les missions de sa filialeisraélienne
  • mette sous tutelle sa filiale israélienne afin que plus aucune colonie illégale israélienne ne soit financée par Dexia
  • mène une enquête interne afin de savoir quels responsables de Dexia S.A. ont soutenu ou connaissaient la politique menée par sa filiale israélienne

12:32 Écrit par Communiste, c'est mon parti ! dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

06/02/2009

Arrêtons la casse sociale !

btroutchoux2Le gouvernement ne peut plus le dissimuler : l’année 2009 sera très dure pour la population. Selon l'Institut des comptes nationaux, (ICN) notre pays devrait enregistrer, en 2009, une croissance négative de 1,7 %. Il faut remonter à la Seconde Guerre mondiale pour trouver pareille chute. Pour le ministre de l'Entreprise et de la Simplification, Vincent Van Quickenborne, il devrait y avoir 56.700 chômeurs de plus à la fin de l’année.

Au même moment, la Commission européenne ressort ses salades nauséabondes habituelles : « Si elle veut stimuler sa compétitivité et donc son niveau d’emploi, la Belgique doit réduire davantage la pression fiscale sur le travail, assurer une meilleure concurrence sur les marchés du gaz et de l’électricité, et dynamiser son marché du travail, en revoyant notamment sa politique d’allocations de chômage ». Message reçu cinq sur cinq par le grand patronat. Un exemple : la toute grosse majorité des entreprises technologiques belges affiliées à la fédération Agoria sont favorables à l’introduction du chômage temporaire pour les employés, une mesure déjà préconisée par la Fédération des entreprises de Belgique (FEB).

Par contre,  pas question de toucher aux avantages des actionnaires, même quand les firmes délocalisent ou licencient en masse.


Plus personne ne le nie : le capitalisme est en crise. Et on parle de le « moraliser » ? Mais le capitalisme, de par sa nature même, mercantile et basée sur l’exploitation sans bornes des êtres et de la nature, n'a rien à faire de considérations  morales. Il s’agit donc d’œuvrer à un retour de la puissance publique,  de sortir du « tout au marché » les pans de l’économie durement touchés par les conséquences de la « logique » ultralibérale.

Les milliards coulent à flot vers les entreprises et les banques, sans contrôle sur l’utilisation qui en sera faite. Et rien, ou presque, pour les salaires et les allocations sociales.

Construire un nouveau mode de développement au service des gens appelle une autre distribution des richesses produites et une autre utilisation des finances publiques et privées.

Le gouvernement a généreusement arrosé et arrosera peut-être encore les grandes banques défaillantes.  Il laisse les coudées franches aux grands actionnaires sans la moindre garantie que ceux-ci ne se rempliront pas les poches avec les deniers publics. Et il ne cache pas que la note sera présentée aux contribuables quand il s’agira d’en revenir à l’équilibre des finances de l’Etat. Avec quel retour, si n’est des restructurations tueuses d’emplois ? Ainsi Dexia vient d’annoncer, à son tour, la liquidation de 700 postes de travail dont la moitié en Belgique.

C’est pourquoi le parti communiste prône la création d’un pôle financier public au service d’une politique ambitieuse de l’emploi, non délocalisable et de qualité, de la formation et de l’innovation. Il se battra pour une véritable politique publique de développement soutenable, qui laisse une part importante aux alternatives vertes (transports publics, isolation du bâti, énergies renouvelables,…) et s’axe sur la qualité et le bien-être de la population plutôt que sur le profit.

Le PC  fera de  ces axes des thèmes de campagne majeurs d’ici les élections régionale et européenne.

Communiqué du Bureau Politique du PC

14:31 Écrit par Communiste, c'est mon parti ! dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/02/2009

Communiqué du PC

Un préavis de grève n’est jamais indécent…

broutchoux… il est l’aboutissement d’un processus, parfois très long, d’exaspérations, de frustrations, d’incompréhensions, … Celui déposé par les agents communaux et CPAS louviérois affiliés à la CGSP n’échappe pas à la règle. Ce préavis est légitime. Le nier est faire preuve d’un autisme politique et social inadmissible.

Inadmissible aussi le chantage récurrent fait aux travailleurs par les autorités communales !

1er chantage. En octobre 2008, les travailleurs lancent un « mini » mouvement revendicatif pour leur pouvoir d’achat et les nominations du personnel. Il faut savoir que la ville fonctionne (bien ou mal, mais elle fonctionne) avec plus de la moitié du personnel qui n’est pas statutaire. Le bourgmestre annule unilatéralement le Téléthon sous le prétexte fallacieux que les travailleurs ne monteraient pas le chapiteau. Or, ceux-ci s’étaient organisés pour exécuter le travail.

2ème chantage. Une des revendications se concrétise par l’octroi de chèques-repas. Insistons, pour les citoyens, que ces chèques-repas représentaient par travailleur un gain très modeste mais apprécié par les temps qui courent. Nous sommes à ce moment en pleine élaboration du budget. Plutôt que d’inclure l’augmentation salariale dans le budget en articulant différemment ou en réduisant certains postes, la majorité ajoute le montant des chèques-repas promis, rendant dans le même temps les travailleurs responsables du déficit causé par ces chèques-repas. Or, la ville étant sous tutelle, toute dépense supplémentaire est tributaire de l’aval du gouvernement wallon. La manœuvre est claire comme de l’eau de roche : si la tutelle dit oui, la majorité s’enorgueillira de sa générosité ; si elle dit non, elle s’en lavera les mains en rendant responsable la tutelle.

3ème chantage. Le préavis du 12 février a inspiré une note de la présidente du CPAS dans laquelle elle avertit : « Le CPAS (…) craint les actions de grève qui prendraient en otage les pensionnaires. » Le bourgmestre ne fait rien d’autre dans la presse -si ses propos ont bien été répercutés- lorsqu’il dit : « Il (le personnel) se fait embrigader par quelques irresponsables.
voir ici: http://storage.canalblog.com/46/03/72222/35526898.jpg )..

Cette référence systématique aux « usagers pris en otages » et aux « agitateurs irresponsables » est typique du langage anti-syndical de la droite.

Etrange de la part de mandataires socialistes, à moins qu’il ne soit révélateur de l’alliance majoritaire que le PS a privilégiée avec le MR. Et à propos d’alliance majoritaire, nous sommes interpellés par le silence assourdissant des alliés para-syndicalistes de la majorité représentés par l’UDSC.

En ce qui concerne les communistes louviérois,

* Ils expriment leur totale solidarité avec les agents communaux louviérois et soutiennent leurs revendications.

* Ils saluent l’action unitaire entre les services qui traduit le malaise profond au sein du personnel communal et pas seulement dans l’un ou l’autre service et souligne ainsi la solidarité au sein du personnel.

* Ils appellent la population à exprimer sa solidarité avec le personnel dont les conditions de travail et un statut stable sont aussi un gage d’un meilleur service rendu.

La Louvière, le 4 février 2009.

Section louviéroise du Parti Communiste

20:45 Écrit par Communiste, c'est mon parti ! dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |