21/11/2008

TMC en aveu de faillite.

Il ne se passe pas une semaine sans qu’une entreprise ferme, se déclare en faillite, arrête provisoirement sa production : Duferco, La Lavandière du Centre, Wasteels, Boch,… Sans jouer des oiseaux de mauvais augure, il est fort à craindre que la crise de capitalisme s’aggravant, le cortège des entreprises en difficulté et les listes de futurs chômeurs ne s’allongent encore dans les mois à venir.

Dans ce contexte, l’annonce de la faillite de TMC , apparemment attendue si l’on en croit certaines déclarations de responsables politiques, constitue un nouveau coup de massue pour la région.

C’est un nouveau mauvais coup pour les travailleurs et leur famille d’abord dont le nombre s’était déjà réduit à une peau de chagrin depuis l’incarcération de leur patron au début de cette année.

C’est un nouveau mauvais coup pour la région du Centre quand on sait le rôle que l’entreprise prétendait jouer dans la rénovation de centaines de logements sociaux laissés en friche depuis des mois alors que la liste des candidats locataires ne fléchit pas. Toute une procédure doit être à présent relancée pour que ces chantiers redémarrent. Combien de temps faudra-t-il encore attendre pour qu’enfin l’offre en logements sociaux soit à la hauteur des demandes ? (1)

L’exemple de la pénible saga vécue par la société de logement de notre région devrait amener la région wallonne à alléger les procédures de désengagement des pouvoirs publics à l’égard d’entreprises défaillantes ; cela dans l’intérêt supérieur de la population. D’un autre côté, les organisations syndicales devraient avoir un droit d’intervention au sein des entreprises pour contraindre le patron à respecter ses engagements ; cela dans l’intérêt supérieur des travailleurs.

La section louviéroise du Parti Communiste


(1) Déjà en janvier dernier, Murat Tacal, président du club de foot URS Centre, avait été placé sous mandat d'arrêt par la juge d'instruction carolo, Jacqueline Demol. C'est dans le cadre de son entreprise TMC (Tacal Murat Construction) que des fraudes auraient été commises, entre 2000 et 2005. Les chefs d'inculpation parlent d'eux-mêmes : faux, usage de faux, fraude fiscale et abus de confiance.
Il avait remporté la rénovation de plus d'un quart des logements sociaux louviérois inscrits au programme exceptionnel d'investissement (PEI). 72 millions d'euros ont ainsi été accordés par la Région wallonne à La Louvière. Sa société gère la rénovation de 600 logements sur 2.324 et avait conclu des contrats de moindre importance avec d'autres sociétés de logement, comme Versant Est à Charleroi, la Ruche Chapelloise et la Carolorégienne.

13:24 Écrit par Communiste, c'est mon parti ! dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.