29/01/2008

L’actualité à géométrie variable du bourgmestre Gobert


ufc_cantinesLors du dernier conseil communal du lundi 28 janvier, le bourgmestre Jacques Gobert a refusé au conseiller communal communiste au sein du groupe Ecolo, Jean-Pierre Michiels de porter une question d’actualité relative à l’augmentation du prix des repas dans les écoles communales.

Motif de la censure : ce point n’était plus d’actualité puisqu’il avait fait l’objet d’un vote au CPAS.

Précisément, l’application de cette décision, qui avait fait l’objet de premières protestations des parents, avait été reportée au 1er février. Le 28 janvier, la question était donc brûlante d’actualité. Quel recours les parents, confrontés à une hausse des tarifs des repas, peuvent-ils avoir sinon auprès de la première autorité de tutelle du CPAS qu’est le conseil communal ? Pourquoi un conseiller communal ne pourrait pas interpeller la présidente du CPAS qui, en vertu de la loi sur la démocratie locale, siège, de facto, au collège ?

Sachant que les débats du conseil de l'action sociale ne sont pas publics, mettre le point à  discuter en conseil communal avait un intérêt démocratique. Et c’était bien là le but du bourgmestre en empêchant cette question d’être publiquement posée : éviter un débat public suite à une décision pour le moins discutable sur le plan social et sur le plan éducatif.

Voici en substance ce qu’aurait dit le conseiller :

« … Selon la portion de repas, l’augmentation est de 30 % pour un repas complet (de 3,31 € ou 133,50 AFB à 4,40 € ou 177,50 AFB) et de 60 % pour les demi-repas (de 2,28 € ou 92 AFB à 3,67 € ou 148 AFB). Notez au passage que le nouveau coût du demi-repas devient, en une fois, plus élevé que l’ancien prix du repas complet.

Tout comme vous, nous avons bien noté l’augmentation du prix des denrées alimentaires ainsi que celui de l’énergie. Les conséquences vont être particulièrement pénibles pour les familles défavorisées dont on sait qu’elles peinaient déjà à offrir un repas complet quotidien. Or, c’est le but de ces repas scolaires à prix réduit que de donner la possibilité à un enfant en bas âge de manger un repas chaud par jour. C’est une mission sociale que seule l’école publique peut accomplir. C’est aussi une mission éducative dont il serait navrant de priver certains enfants à cause de l’argent.

Imaginez le budget que les parents ayant choisi cette formule (…) vont devoir débourser pour deux enfants en maternelle : 29,36 € par semaine ou 1184 AFB !! Pour trois enfants dont un en maternelle : 49,88 € par semaine ou 2012 AFB… pour quatre repas : semaine.

Le risque est gros de voir des enfants cesser de prendre des repas chauds à l’école ou de ne plus les prendre que de temps en temps. J’insiste : on rend aléatoire une mission de service public importante en pratiquant de telles augmentations inabordables pour de nombreux parents. Faut-il rappeler, comme l’indique le rapport communal que La Louvière est la commune dont le revenu moyen par habitant est le plus bas de la région (après Anderlues) ? Nous avons le sentiment que la mesure que vous comptez prendre ne tient aucun compte de cette pénible réalité… »

Le groupe Ecolo

Muriel Hanot – Jean-Pierre Michiels

Pour discuter de cette info: http://74143.aceboard.fr/74143-600-13373-0-L%92actualite-geometrie-variable-bourgmestre-Gobert.htm

 

 

18:43 Écrit par Communiste, c'est mon parti ! dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Débat LA FIN D’UN MONDE
En cas de conflit, la plupart des habitants attendent que tombe le premier obus pour fuir et c’est toujours après l’incendie ou l’explosion que l’on décide de contrôler la vétusté des installations. Le prévisible tel que la guerre tue et l’hôpital soigne mais ne trouble guère l’homme peu soucieux de réalisme jusqu’à menacer l’avenir lointain de sa famille. L’homme est le seul primate parfaitement inconscient au point de bâtir sa hutte au bord du torrent ou sur les pentes du volcan ! Le profit immédiat et facile l’emporte sur le nombre des victimes demain. Et celui que nous avons élu hier s’en préoccupera à la veille des prochaines élections.

Ainsi, n’est-ce pas avec un brin d’hypocrisie que se traite le réchauffement climatique et ses conséquences : Roulez moins, volez moins, en taxant plus. Toujours augmenter la production des voitures qui permettent de développer les aciéries. Profitez du low cost et partez en vacances au diable vauvert. N’omettons pas avec notre chauffage domestique d’enfumez vos voisins. ? Réduisez le pétrole et augmentez d’autant le gaz et l’électricité : Tout ira dans les mêmes poches ! Et je te vends du co2 et tu augmente mes fruits et mes légumes qui viennent de loin.!

En attendant, on cause, on suppute dans des revues agrémentées d’images polychromes attendrissantes concernant la flore et de la faune destinées à disparaître. Par contre, ose-t-on nous montrer sur des cartes d’état-major quelles seront les conséquences de l’envahissement par les océans des îles et de contrées d’altitude médiocre ? Le ravage des villes, cultures industries noyées sous les eaux boueuses chassées par les pompages coûteux et rentrant par les égouts ! Sans oublier d’estimer le nombre de millions d’émigrés forcés ?

Les énergies renouvelables, tant décriées par les gros producteurs ayant la main mise sur ce pactole en sont un bel exemple. A défaut “d’intérêt” de la part de ces personnages submergés par leurs trafics d’actions, on pourrait imaginer le retour des bons vieux emprunts publics garantis par l’Etat (et pourquoi pas l’l’U.E.), permettant de couvrir tous nos immeubles et autres lieux de milliers de kilomètres de capteurs solaires et des milliers d’éoliennes. Qui peut prétendre ne pas produire ainsi une masse considérable d’énergie, gratuite et non polluante ? Permettre de créer par ce fait un grand nombre d’entreprises, des milliers d’emplois pour l’assemblage et l’installation ?

Mais qui donc a intérêt à retarder la sauvegarde de la planète ? Cela n’évoque-t-il pas la défunte politique en faveur du tabac ?

R.B.

Écrit par : Balsaux | 20/02/2008

Les commentaires sont fermés.