12/04/2007

Politique pour les jeunes ? Politique pour tous !

LùùùlàààTexte de notre Camarade Jean-Pierre Michiels paru dans le périodique d'information communale d'avril 2007... 

 Politique pour les jeunes ? Politique pour tous !

Tout compte fait, une politique communale de la jeunesse ne devrait pas tellement se distinguer de ce qui intéresse la plupart des aînés. Un logement digne et accessible. Un environnement sain et un cadre de vie agréable. Se déplacer aisément. Se cultiver,… Bref, être un authentique projet de ville : citoyens -tous âges confondus- admis !

Or, ce qui vient d’emblée à l’esprit, c’est le mal-être que ressent une large partie de cette jeunesse, exclue de notre société de surconsommation, mécontente de son présent et angoissée face à son devenir, incertain. Et l’on pense à tous ces signes, petits et grands, qui témoignent de ce désarroi, de cette colère (dégradations diverses, pollutions sonores, vandalisme, violences verbales, violences physiques,…) Manifestations qui, toutes -fort heureusement- ne prennent pas une tournure dramatique, mais qui sont devenues des réalités quotidiennes.

Ces actes –reflets évidents d’une société déboussolée- nourrissent un sentiment d’insécurité qui contribue à fertiliser le terreau nauséabond dans lequel s’enracinent le rejet de l’autre, le racisme, l’extrême droite. Certes, ils appellent une sanction. Sanction réparatrice du préjudice subi. Educative aussi sur le sens à donner aux actes commis. Rappelant la norme, les limites, le respect. Sans tarder. Afin que ne se développe un sentiment d’impunité tout aussi néfaste que celui de l’insécurité.

La commune –c’est son rôle- se doit d’assumer le lien indispensable qui articule à la fois la prévention et la police. Pour notre part, nous ne rejetons pas, a priori, la sanction. Mais nous estimons que celle-ci n’aura de sens et d’efficacité que si toutes les conditions ont été mises pour privilégier la prévention.

Dans l’immédiat et compte tenu des nécessités avérées, tout doit être fait pour préserver les services communaux de prévention, (éducateurs,…). Il est important de les développer pour répondre aux besoins énormes dans les quartiers. Mais aussi pour respecter des conditions de travail aujourd’hui inacceptables pour ces travailleurs souvent précarisés à qui il faut assurer un statut digne de leur mission essentielle.

Jean-Pierre Michiels

23:00 Écrit par Communiste, c'est mon parti ! dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.