16/02/2007

Communistes et droit de regard ...

PC0111Outre notre conseiller communal élu, JP Michiels, voici la liste des asbl où des Communistes siègent (liste Ecolo ouverte):

Maison du sport : Christian Quinet (PC)  
Maison de l'urbanisme : Cesare Russo (PC)
La Louvière Expo : Jean-Pierre Michiels (PC)
Agence locale pour l'emploi (A.L.E.) : Sandro Baguet (PC) .

Liste complète:
http://www.lalouviere.ecolo.be/index.php?sct=1&id=1047.oswm.php

09:11 Écrit par Communiste, c'est mon parti ! dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

La Louvière : Le Groupe Ecolo dénonce les méthodes d’obstruction du nouveau bourgmestre

t-Cnv0007Lors du conseil communal de ce lundi 12 février, le bourgmestre de La Louvière a versé d’autorité en huis clos une question relative à la gestion du Foyer louviérois que nous avions pourtant mis à l’ordre du jour en séance publique.  Le bourgmestre s’est retranché derrière les procédures en cours pour justifier sa position.  Nous nous insurgeons contre ce procédé déloyal que nous considérons comme de l’obstruction à l’information des conseillers et du public : - d’une part parce que cette question qui demandait des éclaircissements sur la gestion du passé, sur les conséquences de la récente décision du Tribunal de travail relative au licenciement du directeur gérant et sur le renouvellement prochain du conseil d’administration n’interférait pas selon nous avec l’instruction en cours. En tout cas certainement pas sur les deux derniers points qui pour l’un avait déjà fait l’objet de déclarations dans la presse et qui relevait pour l’autre de la stricte politique communale.La majorité PS-MR avait en outre la possibilité, comme cela se pratique habituellement, de répondre en séance publique sur les points qu’elle jugeait non litigieux et aborder ceux qui l’étaient en huis clos. - d’autre part parce qu’avant de soumettre au vote cette modification d’ordre du jour que nous contestions, le bourgmestre ne nous a pas laissé exposer à l’ensemble des conseiller les raisons qui justifiaient selon nous le maintien du point en séance publique.  Nous déplorons d’ailleurs à ce propos les méthodes d’intimidation du bourgmestre à notre égard (interruption des prises de parole en dehors des cas prévus par le règlement d’ordre intérieur, refus du droit de réplique, mise en cause du droit d’information du conseiller…), méthodes que nous contesterons auprès du pouvoir de tutelle. 

Nous constatons qu’au lieu de privilégier la clarté et la transparence sur un dossier difficile qui avait égratigné l’ancienne majorité PS louviéroise, la majorité PS-MR actuelle préfère le trouble et l’opacité. Rappelons que les comptes 2005 du Foyer louviérois n’ont toujours pas été approuvés malgré le fait que les documents saisis aient été restitués en juin 2006.

09:03 Écrit par Communiste, c'est mon parti ! dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Points complémentaires - conseil communal du 12 février 2007

t-05_11_2005_11_02_04À l’attention de Mesdames et Messieurs le Collège des Bourgmestre et Echevins Monsieur le Bourgmestre,Mesdames, Messieurs, Voulez-vous avoir l’obligeance de porter les points complémentaires suivants à l’ordre du jour du conseil du 12 février prochain. Le tribunal du Travail a récemment décidé de donner raison aux deux principaux fonctionnaires, licenciés pour faute grave par la direction du Foyer louviérois. Cette décision (r)ouvre à notre sens deux séries de question, les unes liées à la gestion passée, les autres à la gestion actuelle voire future du Foyer. 

  1. Cette décision ne démontre-t-elle pas la précipitation avec laquelle le conseil d’administration du Foyer louviérois (qui alors n’avait pas encore démissionné) a tenté de désamorcer l’affaire du Foyer louviérois ? En effet, cette décision hâtive a non seulement jeté l’opprobre sur deux personnes auxquelles le Tribunal rend justice à grand frais pour la communauté, mais elle a aussi permis de masquer un certain nombre de questions qui, selon nous, sont restées sans réponse à ce jour. Ainsi, quelle(s) société(s) a ou ont bénéficié des marchés saucissonnés afin d’éviter un appel à marché public ? Des liens existaient-ils entre ces entrepreneurs et les responsables du Foyer ? Quelle instance a pris la décision  (et la responsabilité) de fixer les rémunérations et les frais de déplacement ? L’AG ? Le CA ? Le comité de gestion s’était-il arrogé cette prérogative ? Avec l’aval de qui ? Etc.
Un éclairage sur ces questions permettrait de lever tout doute sur des dossiers futurs. 
  1. La décision du tribunal du Travail. Pose la question de savoir si la collectivité doit supporter de payer de telles sommes ? Qu’en est-il de la responsabilité des administrateurs qui ont commis cette erreur ?
Par ailleurs, les instances dirigeantes des intercommunales sont l’émanation des conseils communaux élus. Or, la majorité tergiverse pour en désigner de nouvelles. Quelle est la légitimité des instances actuelles du Foyer dans la mesure où elles ne reflètent plus les nouveaux conseils élus en octobre 2006 ? Le report se justifie-t-il sur la base d’une recommandation écrite du ministre de tutelle ?  Nous vous prions d’agréer, Mesdames Messieurs le Collège, l’expression de nos salutations distinguées. Le groupe Ecolo Muriel Hanot et Jean-Pierre Michielsconseillers

08:58 Écrit par Communiste, c'est mon parti ! dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Questions d’actualité - Conseil Communal de février 2007

boch

1. Insalubrité du site Boch. L’objet de cette question d’actualité est relatif au site Boch. Non pas à propos de son aménagement futur qui a fait l’objet d’une information mercredi dernier lors d’une commission spéciale d’aménagement du territoire, mais à propos d’une situation d’insalubrité qui persiste depuis plus de deux ans. Si l’installation de palissades a permis de masquer aux yeux des passants le chancre à ciel ouvert que constitue ce site, il n’en est pas de même pour les habitants des immeubles de la rue Kéramis qui y ont une vue plongeante. Et, étant allé me rendre compte personnellement au 5ème étage d’un de ces immeubles, je peux témoigner que ce n’est pas un spectacle réjouissant. Mais, il s’avère qu’il existe d’autres désagréments, plus préoccupants, que l’aspect visuel.  Le 2 janvier 2006, une locataire d’un des immeubles recevait, suite à diverses interpellations qu’elle avait faites, un courrier de la ville lui signalant qu’un arrêté de nettoyage et de dératisation du site avait été pris par le bourgmestre. En mai, elle signalait à l’Echevin de l’environnement que « comme sœur Anne, elle n’avait toujours rien vu venir » et que la « sarabande des rats » se poursuivait. Nous sommes en février 2007 : cette dame m’informe que rien n’a été fait et que les rats s’introduisent à présent dans les garages des immeubles en passant par le grillage qui en délimite la propriété. Un problème concret de salubrité publique se pose donc depuis plus d’un an, pourquoi les services communaux ne sont-ils pas déjà intervenus ? Pouvez-vous nous assurer que des mesures seront rapidement prises pour éradiquer la prolifération de ces animaux ?  2. Sans papiers de l’église St Joseph. Le conseil communal pourrait-il être informé du résultat de la rencontre que Madame la Présidente du CPAS, soutenue –il est important de le rappeler- par une majorité du conseil qui a adopté la motion amendée lors de la séance du 22 janvier dernier, rencontre qu’elle a eue avec les représentants des CPAS des communes voisines à propos du relogement des sans papiers de l’église St Joseph ? La météo se dégrade et rend ces mesures absolument indispensables.  Des dispositions concrètes sont-elles enfin prises, ainsi que l’a souhaité la majorité du conseil ? 3. Caméras de surveillance. Lors de la première réunion de la commission de police, Monsieur le Bourgmestre, vous avez émis le souhait qu’un débat s’organise sur la question des caméras de surveillance afin de déterminer une bonne fois pour toutes une position du conseil à ce sujet. Il était légitime d’attendre l’adoption d’une loi par les chambres. La presse de la semaine passée a révélé qu’un texte avait été adopté par la commission de l’Intérieur de la Chambre ; il l’avait déjà été au Sénat. 

Le moment est donc venu de programmer ce débat. Il est important que le débat ait lieu sur base d’une documentation complète et que l’on se donne le temps de bien le préparer.  Pouvez-vous, dès lors, proposer au conseil un calendrier ? Pouvons-nous espérer que dans le cadre de la démocratie participative, des associations telles que la Ligue des Droits de l’Homme, la Ligue des familles,… soient associées à la discussion ?

4. A propos de l’ICES.  Des rumeurs persistantes circulent à propos de la vente de l’Institut Communal d’Enseignement Secondaire à la Province. Ces rumeurs font état d’une échéance pour l’année scolaire 2008, c’est-à-dire pour septembre 2007. Elles témoignent également de l’inquiétude des enseignants communaux pour l’avenir de leur école, celui de leur emploi, de leur statut. De bonne source, il semblerait qu’une rencontre avec le syndicat des enseignants n’a toujours pas été fixée. 

Pouvez-vous expliquer au conseil l’état d’avancement de ce dossier ? Quelles échéances le Collège se fixe-t-il pour régler cet important dossier ?

Jean-Pierre Michiels

conseiller communal

08:47 Écrit par Communiste, c'est mon parti ! dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

09/02/2007

Décrochez la Lune ? Les Communistes attendent des réponses !

decrocher_la_lune_4

À l’attention de Monsieur Jacques GobertBourgmestre de et à 7100 La Louvière Monsieur le Bourgmestre, Concerne : question écrite à propos du coût de la dernière édition de Décrochez la Lune. Lors du dernier conseil communal, à l’occasion de la discussion du rapport de la RCA, j’ai posé la question relative au coût global de Décrochez la Lune 2006, argumentant que le montant de 150.000 € annoncé représentait le total des sommes récoltées auprès de différents sponsors publics ou privés mais ne représentaient vraisemblablement pas le coût global du spectacle, comprenant notamment les rémunérations du personnel communal mobilisé à l’occasion. Monsieur l’Echevin Godin m’a répondu que cela ne poserait pas de problème de répondre à cette question. A ce jour, je n’ai toujours pas reçu ces réponses. Je me permets donc de vous les reposer par écrit. Je vous prie d’agréer, Monsieur le Bourgmestre, l’expression de mes salutations distinguées. Jean-Pierre Michiels

13:23 Écrit par Communiste, c'est mon parti ! dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Sentiers des rues Devos et Gobert à Houdeng-Aimeries

poingtÀ l’attention de Monsieur Jacques GobertBourgmestre de et à 7100 La Louvière  Concerne : question écrite à propos de l’état des sentiers des rues Devos et Gobert à Houdeng-Aimeries  

Dès juin 2006, je suis intervenu à plusieurs reprises à la demande de riverains pour que la ville entretienne comme elle le faisait jadis des sentiers des rues Devos et Gobert à Houdeng-Aimeries. Ces sentiers se situent à l’arrière des maisons de cité appartenant au Foyer louviérois et donnent accès aux garages des riverains.

 Après de nombreuses tergiversations, apparemment dues au fait que si la ville avait bien dans un premier temps entretenu régulièrement ces sentiers, elle se réfugiait ces dernières années derrière le fait qu’il s’agit de propriétés du Foyer et qu’il incombe à ce dernier de les entretenir, une couche de graviers a enfin (peu avant Noël) été épandue sur un des sentiers. Sur les deux autres sentiers, seuls les nids de poules ont été rebouchés.  Il s’agit manifestement d’un travail bâclé car il est très vraisemblable qu’après quelques passages de voitures et quelques averses comme on en a connues ces dernières semaines, la situation se dégradera à nouveau. Je me permets donc de réintervenir sur cette question pour que le nécessaire soit enfin convenablement fait pour répondre aux doléances des habitants de ces maisons. La ville et ses administrateurs ne peuvent-ils intervenir auprès du foyer pour que des travaux soient exécutés pour un aménagement durable afin que ne se reproduisent plus ces désagréments. 

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Bourgmestre, l’expression de mes salutations distinguées.

(Du Conseiller Communal Communiste, J-P Michiels)

 

12:57 Écrit par Communiste, c'est mon parti ! dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Le droit au logement : un devoir communal !

guillaume

Ci-dessous l'intervention signée (pour le groupe Ecolo) par notre conseiller communiste Jean-Pierre Michiels et  Gilbert Pirart ( Groupe de Prévention). Parue dans La Louvière à la une, périodique d'information communale

Le droit au logement : un devoir communal Le logement est non seulement un droit reconnu dans la Charte Universelle des Droits de l’Homme, il est également inscrit comme l’un des principes fondamentaux dans notre Constitution. Et pourtant… Pourtant, en 2007, de nombreuses femmes et hommes vivent encore dans la rue ou ne disposent pas d’un logement décent. En 2007, encore, les nombreuses demandes de logement insatisfaites aiguisent les appétits des marchands de sommeil qui exploitent sans vergogne la détresse humaine. On ne le clamera jamais assez, disposer d’un logement, c’est pour tout homme et toute femme la possibilité de bâtir un projet de vie digne. C’est une condition essentielle pour (re)trouver le respect de soi ; pour se soigner, s’éduquer, pouvoir rechercher un emploi, disposer de revenus ; pour se sentir en sécurité, protéger ses proches. C’est aussi une condition indispensable pour se sentir citoyen à part entière, participer à la vie de la communauté. Et si à l’aube de cette nouvelle mandature, nous nous lancions un défi ? Celui  de résoudre d’ici 2013 le problème du logement à La Louvière. Utopie ? Notre ville ne manque pourtant pas d’atouts. A commencer par ces innombrables capacités de logements inexploitées, notamment aux étages des magasins dans les centres urbains. Cela permettrait de redonner vie à  ces quartiers désertés et donc insécurisés, une fois les magasins fermés. Une étude de faisabilité a été entreprise au cours de la précédente mandature. Pourquoi ne pas la reprendre et la mettre progressivement en application. Réhabiliter les centres urbains, c’est aussi favoriser le brassage des populations dans des lieux de vie partagés. C’est une manière efficace de lutter contre la constitution de ghettos.  

Cela se fait dans d’autres villes, dans d’autres pays d’Europe. Pourquoi pas à La Louvière ?

10:46 Écrit par Communiste, c'est mon parti ! dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |