12/01/2007

INTERPELLATION COMMUNALE (21/12/2006) AUTOUR DES SANS PAPIERS LOUVIEROIS

FavarinbaguetMonsieur le Président,

Mesdames et Messieurs des partis démocratiques

Depuis plus d'une année déjà, les Sans Papiers et de nombreuses associations belges, demandent le vote d'une loi de régularisation sur des critères clairs et permanents. Malgré de nombreuses manifestations et prises de position, les partis de la majorité gouvernementale ont refusé de donner satisfaction à cette revendication plongeant ainsi un grand nombre de ces personnes dans une situation de précarité extrême.

Une motion a été voté par le conseil communal de La Louvière lors de sa séance du 24 avril dernier (permettez-moi de vous la relire puisque bon nombre de conseillers actuels n’étaient pas membres du conseil à ce moment ) : « La Ville de La Louvière, fière de sa tradition d'accueil, et consciente de son héritage multiculturel, est particulièrement sensible à la lutte des demandeurs d'asile et des sans-papiers qui occupent aujourd'hui l'église Saint Joseph de La Louvière. Le Conseil communal, réuni en sa séance du 24 avril 2006, demande au Gouvernement fédéral de régulariser rapidement (maximum un an) les sans-papiers sur base de critères clairs et permanents qui tiennent compte de la durée de présence sur le territoire, du regroupement familial, de l'état de santé et des principes de la protection subsidiaire (à titre d'exemple, les personnes victimes de la traite des êtres humains et en danger en cas de retour au pays d'origine).

Il invite le Ministre compétent à rencontrer les associations de défense des droitsdes demandeurs d'asile et des sans-papiers, dont l'UDEP.

 Il demande que la nouvelle procédure d'asile soit également plus rapide et respectueuse des droits et des problèmes humains. Il rappelle que cette politique doit se doter de moyens adéquats pour atteindre les objectifs avancés. » Je crois me souvenir que cette motion a été voté à l’unanimité, témoignant ainsi de la solidarité de La Louvière.Dans notre commune, une quinzaine de Sans Papiers occupent encore l'église St Joseph. L’hiver commence à  se manifester et va plonger ces personnes dans une situation particulièrement pénible. Il n’est pas admissible qu’elles restent plus longtemps dans ce bâtiment humide et froid qu’il est impossible de chauffer en permanence.

Or, les occupants n'ont pas d'autres alternatives puisqu'ils ne disposent d'aucun revenu, d'aucun lieu pour se loger, d’aucun papier. Disposer d’un logement est pourtant l’une des conditions essentielles –si pas LA condition- pour que les demandeurs d’asile puissent faire valoir leurs droits au niveau d’une régularisation. Aucun recours ne peut être assuré d’un suivi si la personne ne dispose pas d’un logement. Il semble même que ce soit la condition exigée par certains avocats pour qu’ils acceptent d’introduire un recours.

favarinsandro2Bref, ces quinze personnes ont un besoin urgent de trouver un endroit où dormir. Nous demandons instamment qu’une solution rapide soit trouvée à ce problème. A titre informatif, à Mons, les occupants de St Elisabeth ont été relogés avec l'aide du CPAS.

Le Comité local des sans papiers est demandeur d’une rencontre avec vous, Monsieur le Bourgmestre. Etant donné l’urgence, vous accepterez peut-être d’éviter des démarches protocolaires pour en venir au fait. Ils sont présents, vous pouvez convenir de ce rendez-vous.

  Il y va, nous semble-t-il, de la réputation et de l’image d’accueil et de solidarité de notre ville.

Photos: militants du PC et Ecolo louviérois qui s'opposent aux expulsions d'Anderlecht, été 2006.

12:46 Écrit par Communiste, c'est mon parti ! dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.