29/08/2006

JEAN - PIERRE DALOZE ...

Humeur et coup de cœur…
Il existe encore de braves gens, même dans le milieu politique. Dans ce dernier toutefois, ils se raréfient dangereusement car ils ne sont pas, ou plus, toujours électoralement comestibles. Alors, on les jette, comme un enfant capricieux casse son jouet quand il ne le fait plus rire. Je connais un dinosaure qui appartient à cette race, menacée de disparition, de « braves gens » de la politique : il s’appelle Jean-Pierre Daloze. Il vient d’être jeté précisément et c’est pourquoi je me fais cette réflexion banale, chemin faisant, dans le brouillard de l’indifférence. Il n’a sans doute pas lu Jaurès ni Vandervelde. A quoi bon ? Son humanisme, il l’a puisé à Baume, au Mitant-des-Camps, à Longtain… peu importe, au contact des ourviers, des démunis, des gens simples qui ont appris la vie en luttant contre le vent de bise et non dans les livres. Il a toujours écouté battre le cœur des damnés de la terre, non par vanité ni pour son profit mais pour aider son prochain du mieux qu’il le pouvait en laissant son propre ego au vestiaire. Il vient d’être « remercié » comme on dit par euphémisme. Pourtant, aujourd’hui, ce sont ceux qui continuent à l’apprécier à l’aune de ses valeurs humaines qui lui disent, non pas « merci » car ces deux syllabes ressemblent à un point final mais : « On t’aime bien camarade !... Le combat continue… » CQ

11:24 Écrit par Communiste, c'est mon parti ! dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.