21/06/2006

LES CANDIDATES ET LES CANDIDATS DE LA LISTE ECOLO LA LOUVIERE.

1. Muriel Hanot
2. Jacques Lefrancq
3. Jean-Pierre Michiels  - PC
4. Valérie Watillon - PC
5. Marie-Claire Depreter
6. Christian Quinet - Président des « Scriveux du Cente », homme de l’année élu par les lecteurs de La Nouvelle Gazette.
7. Jean-Pierre Favarin
8. Martine Godenir - PC
9. Nathalie Rozza - PC
10. Freddy Bailly
11. Gilbert Pirart

12. Anne DeVleeschouwer - PC
13.
Cécile Delcourt - Lucha & Fiesta
14. Cesare Russo

15. Christian Fauconnier
16. Anne Delhaye
17. Lucette Bertrand
18. Sandro Baguet - PC
19. Frank Herlemont - PC

20. Jacqueline Thieffry
21. Liliane Dupont
22. Marcel Sommeryns
23. Francesco Cassano
24. Caroline Watillon - PC (et 18 ans!)
25. Géraldine Herbots
26. Jean Delcourt
27. Fabrice Stevens
28. Stéphanie Bailly
29. Arlette Piëette
30. André-Marie Descamps
31. Pierre Smirnoff - PC
32. Christine Bourgeois
33. Françoise Flament
34. Vincent Piérart
35. Archangelo Martorana
36. Nadine Bayot
37. Zoe Blujstein - PC
38. Patrick Dussart
39. Christian De Brabanter
40. Marie-Claire Hannecart
41. Alain Doclot

 

Pour en discuter: http://74143.aceboard.fr/74143-1426-0-Louviere-Elections-communales-2006.htm

 

23:21 Écrit par Communiste, c'est mon parti ! | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Bonjour, j'aimerais vous inviter tous à une lecture publique d'une lettre ouverte aux femmes et hommes politiques à La Louvière. C'est un peu juste, demain 1 mai, dans les locaux de la CGSP... mais je tente le coup. Ce qui suit est en fait une invitation adressée à tous les élus de la région où vous trouverez aussi les détails

Monsieur le Député,
Comme à vos collègues,
Je vous fais une lettre
Que vous lirez peut-être
Si vous avez le temps...
(Boris Vian)

Ce mail vous rappelle peut-être quelque chose. Je vous avais en effet invité il y a quelques mois à la même manifestation à la Foire du Livre de Bruxelles. 
Je me permets de vous convier une nouvelle fois à la lecture publique de ma

Lettre ouverte à nos femmes et hommes politiques
Petit rappel (à l'ordre) élémentaire avant action
Texte en dents de scie et à couteaux tirés
parue aux Éditions du Cerisier
Cela se passera cette fois dans les locaux de la CGSP, Boulevard du Temple, 7, La Louvière, ce mercredi 1 mai à 11h30
La lecture-spectacle sera assurée par les comédiens des Brigades d'interventions poétiques de la compagnie Le Grand Asile.
Contrairement à ce qu'une partie du titre laisserait penser, cette lettre que j'adresse à nos gouvernants et nos élus, est une lettre d'amour, mais... d'amour trahi. Pas (encore) une lettre de rupture, telle que celle, toutes proportions gardées, que le clown Beppe Grillo a infligé il y a peu à la classe politique italienne, et donc à l'Italie, et à l'Europe. Et contrairement à celle du clown, celle-ci n'est ni négative, ni dévastatrice.
Elle ne concerne pas directement la politique communale, ni vos fonctions à ce niveau.
Elle n'est pas un texte partisan et s'adresse à vous,  qui avez fait de la politique votre métier et, j'espère, votre idéal, toutes tendances confondues, mais aussi, bien sûr, à nous tous, les électeurs, sans qui vous n'exerceriez pas ce métier que j'aimerais croire beau.
Un texte citoyen, en somme, qui revisite le sens du mot "démocratie" et de la fonction politique tout en saluant quelques-unes de vos victoires passées. Il n'est à situer ni à gauche ni à droite, mais bien au centre, une sorte de "centre absolu", ou ...oserais-je le dire d' "extrême-centre"!
Avec autant d'amertume que Boris Vian dans sa célèbre chanson citée plus haut, et aussi peu d'espoir d'attirer votre attention, je vous invite malgré tout à cette lecture. Et si vous ne pouvez être présent ce mercredi 1 mai, il y a ce petit livre... et je puis vous assurer que je ne cherche pas à « vendre ma marchandise », le prix (7€) dépasse à peine le prix d'une lettre recommandée..., mais à vous dire quelque chose, comme d'autres le font, partout, avant qu'il ne soit trop tard pour vous, pour nous, pour tout le monde... Le réalisme n'est plus tout à fait là où on pense qu'il se trouve...
Je vous remercie et garde l'espoir, malgré tout ...
Avec mes meilleurs sentiments
Lucien Putz
www.lestambours.blogspot.com
Sur ce blog, vous trouverez de plus amples informations, notamment les critiques de Michel Voiturier et de Vincent Engel, dont voici des extraits :
(...) Notre pamphlétaire s’adresse donc à nos élus. Il leur rappelle la confiance qui fut mise sur eux. Il dit sa colère de voir que la démocratie n’est pas ce qu’il (et nous aussi) espérait.
Il en esquisse les étapes historiques. Il décrit les manœuvres pour former des gouvernements. Il comprend la nécessité de tenir compte du réel au détriment de l’utopie. Mais il a du mal à admettre comment s’est instauré un système inéquitable alors qu’on cherchait à mettre en commun. Au moyen de l’Europe, notamment.
Ce qu’il n’arrive plus à comprendre (et nous aussi) c’est que les décisions politiques finissent par se prendre par des commissions alors que le parlement européen s’y était auparavant opposé. Et de s’interroger alors sur la loi qui a remplacé la loi divine : celle du marché. Bonne à l’origine mais dévoyée désormais au profit des profits.
Après avoir admis que le bien collectif doit passer avant les libertés individuelles, il ne parvient pas à agréer que la finalité de pas mal de décrets, dès qu’ils sont liés à l’économique, finissent par favoriser la spéculation, la finance internationale sacrifiant tout sous prétexte du prétendu pouvoir de l’offre et de la demande. En finale, c’est bien de ce dévoiement dont il est question. Et c’est cela que Putz envoie aux élus, actuels et futurs : comment s’y opposer ? comment si on n’y parvient pas éviter un soulèvement contestataire de plus en plus prévisible ?
(Michel Voiturier, Le Non-dit, octobre 2012)
« J'accuse »
(...) La colère grandit chez les gens. Vous et moi. Lucien Putz l’exprime à sa manière, forte et poétique, dans cette lettre ouverte qui est avant tout un long cri, aux allures parfois théâtrales, qui énonce, dénonce et propose. On le voit bien sur scène, dans la bouche d’un comédien passionné. En attendant, un petit électrochoc qui ne peut qu’être salutaire – même si le plus dur reste à faire. Et sans perdre de vue que les destinataires de cette lettre, ce sont aussi (et peut-être surtout) vous et moi, dont les politiques ne sont que les représentants.
(Vincent Engel, Coup de cœur, magazine Victoire, Le Soir 20-10-2012)

Écrit par : Lucien Putz | 30/04/2013

Les commentaires sont fermés.