25/04/2006

MICHEL MAINIL QUARTET & DJ LANDZAR

Michel Mainil Quartet and DJ Landzar (JAZZ ’N’ DJ) en concert à la 5ème édition du Primero de Mayo Alternativo, le 1er mai 2006, Cercle Horticole, Chaussée Houtart, 300 à Houdeng-Goegnies (La Louvière). Vers 13 heures...

 

Cousin du cinéma , le jazz est centenaire… Il se porte bien mais pourrait se porter mieux… S’il a été très à la mode pendant quelques décennies, force est de constater qu’il a souffert, peu à peu, des différents changements de mode.  Devenu aujourd’hui une musique plus minoritaire mais pourtant pratiquée de plus en plus, il reste adulé par un public fidèle et malgré tout nombreux.
 
Pourtant, on ne peut nier sa capacité étonnante à s’adapter à toute situation. Depuis un siècle, le jazz a traversé différentes époques et courants musicaux. Loin de se conforter dans une musique figée, ses différentes rencontres ont donné naissance à des mélanges reconnus aujourd’hui comme styles à part entière. Depuis les années soixante, jazz-rock, fusion, funk, ethno-jazz, M-base, sont des exemples parmi d’autres de nouvelles expressions nées du rapprochement entre jazz et autres musiques.  

Depuis quelques années, on observe de plus en plus l’association de jazzmen et de DJ’s.  Citons notamment le travail du groupe « Aka Moon » avec DJ Graz Hoppa ou, plus récemment l’expérience tout à fait originale de Fabrizio Cassol réunissant un big band de DJ’s.

Deux platines, une table de mixage. Telles sont les armes du disc-jockey. Habile ciseleur de boucles et artiste du collage musical, il crée de nouveaux rythmes et mélodies en accolant des extraits de disques existants (samples).

Le parcours d’un DJ va de pair avec celui d’un jazzman. Tous deux sont à leur manière des équilibristes des sons. Si l’un prend des risques plutôt rythmiques, mélodiques ou harmoniques, l’autre se doit de réinventer sans dénaturer. L’un d’un instrument, l’autre de platines, tous deux «jouent »…

Le jeu avec des vinyles, une platine de bonne qualité et une mixette est beaucoup plus musical qu'on ne pourrait le supposer. Et quelquefois beaucoup plus ardu ! ... Il faut de nombreuses années de pratique, une véritable dextérité mais aussi une curiosité et un flair de collectionneur pour arriver à une certaine notoriété.

Depuis quelques années, un sang neuf semble animer ces sculpteurs de son. Ils ne sont plus simplement DJ’s, mais deviennent à leur tour musiciens, compositeurs, arrangeurs.

Comme les jazzmen, ils ne sont pas à l’abri d’une possible redondance, à terme lassante. Leur recherche incessante de créativité et d’originalité ne pouvait qu’amener les uns et les autres à croiser leurs chemins…

Mêler des musiciens de jazz avec un DJ avec pour objectif la création d’un groupe au répertoire original commun.

Ce projet favorise également une rencontre entre plusieurs générations. Ce n’est que d’autant plus enrichissant !


DJ Landzar (Scratching, turntablism)
Michel Mainil (saxophones)
Alain Rochette (Claviers)
José Bedeur (contrebasse)
Antoine Cirri (Drums)

http://www.michelmainil.be

15:20 Écrit par Communiste, c'est mon parti ! | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.