25/03/2006

VOLTE - FACE PS ET MOTION DE MEFIANCE A L'EGARD DE BRYNAERT

Communiqué de presse de la section louviéroise du Parti Communiste.

 

Le code de la démocratie locale de la Région wallonne a des ratés. Et l’image de la démocratie locale louviéroise en prend pour son grade. Décider de ne rien décider à propos de l’Echevin Brynaert comme l’a fait la majorité du conseil communal de La Louvière toutes tendances confondues, à l’heureuse exception des deux conseillers écolos, creuse encore davantage le fossé entre le politique et les citoyens.

Le Parti Socialiste d’une part, le MR et le CDH courtisant le PS en vue de l’après octobre 2006 d’autre part, portent une responsabilité énorme dans le déficit démocratique qui ternit l’image de La Louvière.

Le Parti communiste appelle les femmes et les hommes de gauche de cette ville, de cette région, à construire une véritable alternative progressiste qui permette de retrouver les vraies valeurs de la gauche et de la démocratie, c’est-à-dire une politique réellement pour et avec les citoyens.

13:48 Écrit par Communiste, c'est mon parti ! | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

24/03/2006

PRIMERO DE MAYO ALTERNATIVO 2006 ( 5ème édition ! )

 
Le Premier Mai 2006
 
Cercle Horticole, 300, chaussée Houtart, Houdeng-Goegnies (La Louvière).

Dès 10 heures 30:

Débat COUP DE GUEULE:

"Les pauvres + pauvres, les riches + riches. Révolte ? Révolution? Résignation ?"


Avec

Jean Blanchez, Président de la fédération des Restos du coeur Belgique

Denis Uvier, Educateur de rue à Solidarités Nouvelles

Laura Pujol, Consul, Ambassade cubaine.

Jean Bricmont(sous-réserve): professeur de la physique théorique à l'université de Louvain et collabore depuis plusieurs années avec Noam Chomsky. Auteur de Impérialisme humanitaire. Droits de l’homme, droit d’ingérence, droit du plus fort ?, Aden, Bruxelles, 2005. (info: http://lesogres.org/article.php3?id_article=1111 )

Fred Lévêque:  coordinateur du Réseau d’Information et de Solidarité avec l’Amérique Latine  et membre du Comité pour l’Annulation de la Dette du Tiers-Monde.

Valérie Watillon: secrétaire de la section louviéroise du Parti Communiste.

Nadine Rosa Rosso du collectif "Rassembler les résistances".


FESTIVAL
 

13 heures:

MICHEL MAINIL QUARTET & DJ LANDZAR http://www.michelmainil.be (jazz and electro)

LMC , http://www.lmc4000.be/ (Hip-Hop, Liège) & KMASS (Hip, La Louvière)

ELECTRIP, rock '70

THE DANCING NAKED LADIES, http://www.thedancingnakedladies.com/ (rock noisy, Mons)

NEHAL http://www.nehal.be/ (grunge-rock)

KIKUNPAÏ, héros carolos, punk festif & rock'n'ska !

MIRRORBALL http://www.mirrorball.be/ (rock mélo)

THE MUTANT WOLFS
http://users.skynet.be/club.achille.chavee/musik.htm (psychobilly circus)

 

Une initiative du Lucha & Fiesta.

14:15 Écrit par Communiste, c'est mon parti ! | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

23/03/2006

CONFERENCE COMMUNE DU 22 MARS

Le 22 mars, les sections locales louviéroises d’Ecolo et du Parti Communiste tenaient une conférence de presse autour du  dossier « foyer louviérois ». Beau succès :  reportages dans la presse écrite ( Le Soir, La Nouvelle Gazette, La Dernière Heure ) ainsi que sur Antenne Centre Télévision.

Le compte – rendu ( intervention, photos, articles de presse ) sur le site de la Fédération de la région du Centre : http://users.skynet.be/particommuniste.be/

 

Photo ci – dessus: notre Camarade Jean – Pierre Michiels ( 3ème sur la liste Ecolo ) interviewé par la journaliste Nathalie Roland ( Antenne Centre Télévision ).

19:25 Écrit par Communiste, c'est mon parti ! | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/03/2006

Y A PAS D'JUSTICE !

Y a pas d'justice ! ... Vous allez voir comme les gens sont méchants ... (merci Fernand)

 

Non mais ... alors que Pietro est au soleil, ils sont bien fichus de mettre Filippo à l'ombre ... ça a pas d'sens ...

 

... et, à l'heure d'aujourd'hui, coquin de sort, on n'a même plus l'droit d' planquer 2 millions d'euros sous son traversin sans être sali sur la voie publique ... ça, de la démocratie ? ... Où va-t-on, mon bon monsieur ? Moi, d' mon temps ... Ta gueule pépé ! (encore merci Fernand)

 

Quoique... à la décharge (sic) de Silviana (un prénom bandant - le reste ? sais pas ...), il faut reconnaître qu'elle a pas trop mal choisi son moment. C'est la saison des petites oranges juteuses importées pour la circonstance, plutôt de Sicile que d'Espagne (Concessionnaire : Allatta & Camora réunis)

 

Si Filippo devait passer le Laetare derrière des barreaux d'où on ne peut même pas apercevoir le Doudou, Willy lui en porterait de bien juteuses, fraîches et sans pépin (il en a déjà eu assez, le "pauvre petit gros bonhomme riche" ...) .. et puis, le Willy, il a vaguement de quoi se remonter un chouia le moral : les emmerdes de Filippo, ça lui remet un peu de bois sec dans le foyer   ... rindèz lès liârds, on va l' fé l' piss'rine ... Il a jamais su parler wallon, le Willy : faut dire "piscine" et écrire "picine". Voyons... une "piss'rine", ben, c'est un pissodrum, l'endroit où on peut pas balancer ses mégots et où donc on les balance ... la rumeur  - cette salope ! - rapporte qu'il aurait changé la chanson et qu'il compte aller lui fredonner "ène bèle pètite Ga-one" ... ça, c'est culotté, hein, manneke !

 

Maintenant, remember ... "Un singe en hiver" - auteur : Antoine Blondin - film d'Henri Verneuil ... comme Gabin et Belmondo en peine virée sur la plage de Tigreville, au moment de la pormenade quotidienne - en rond et en rangs siyouplaît - Filial & Laurent sont bien foutus d'aller chanter en chœur "Nuits de Chine, nuits câlines, nuits d'amour, nuits d'ivresse, de tendresse, enzovvoort ..."

 

Il a rien compris du tout le Filial - j'lui avais pourtant bien dit avant qu'y s' lance dans l' négoce : diriger un club de D I, c'est pas chinois. Visiblement, il m'a pas écouté ...

 

Derniers échos : l'US Centre aurait déjà entrepris les démarches pour investir les locaux du Tivoli et la première rencontre du prochain championnat de 4ème régionale 2006-2007, opposera l'AAL (le R leur serait supprimé à la demande du Palais) à Buvrinnes, sur le terrain n° 2 d'Haine-St-Pierre, le 1 étant réservé aux réserves des Pierrots. Mais bon, n'ameutons pas le village, ce n'est peut-être que fabulation de la part des jaloux. Les monvés ! Tout ça pace qu' is n' ont pas assèz d' courâccccchhhhhe pour gangnér leur vikérîye malhonnêtement ...

 

Je l'ai toujours dit : ce qui nous sauvera, nous, Louviérois (et toujours fiers de l'être car, NOUS, on peut se mirer dans la glace sans risquer de faire péter la vitre !) , c'est pas l'football, c'est pas l'espoir utopique du plein emploi, encore moins les finances communales, c'est ... la dérision ...

Une cartomancienne m'a prédit que je mourrais à 102 ans, sur le trottoir du Drapeau Blanc, foudroyé en pleine tempe par une orange de Gille ... le petit-fils de Gaone revanchard, sans doute ...

 

Allez, sur ce, je m'en vais m'en jeter une derrière la cravate : je suis en transpiration des pieds à la tête tant j'ai cogité sur ce texte grâce auquel  - dixit Chavée - ... "demain, je n'entrerai pas à l'académie ..."

 

Ouf, suis épuisé ... maman, dodo ! Non, pas bobo, la vieille, j'ai dit dodo, merde ! (Allez, allez, restons poli et respectueux...)

20:18 Écrit par Communiste, c'est mon parti ! | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

13/03/2006

ARRIERE ! SPECULATEURS ...

 

J’agis avec la volonté de combattre ta choquante fatalité.

Plus de soie pour tes papillons noirs affamés de pouvoir.

Tu ne vendras plus la chaire pour ta satanée noblesse.

Sans restriction… Nous te chassons de l’humanité.

« Made in Misery » casse-toi !

Tu ne bousilleras pas le respect de la vie.

Je n’ai pas de fric… Fais gaffe je suis incorruptible !

 

Le monde va s’élever contre le carnage des guerres.

Et les cancrelats de l’Organisation Mondiale du Chaos !

Vous chargez les armes des gosses… Vous exterminez nos enfants !

Juste au nom de ce papier à l’odeur de la mort !

Pour le pognon détruire l’humanité…

Charognards !

 

Les plus respectables lyrics ne se taisent face à ces injustices.

Chaque fragment de paroles revendique la dignité pour tous.

Le plus grand espace de solidarité non surveillée prend place.

Nous sommes tous de la même graine reconnaissons-le…

L’utopie ne symbolise pas la Paix.

L’art d’exister est un droit pour tous.

Auteurs de votre vie refusez les scénarios de l’horreur.

Ou bien on vous fera quitter la scène.

 

J’interpelle afin que le label « Made in Misery » soit chassé par « Made in Dignity » et l’Organisation Mondiale du Chaos par l’Organisation Mondiale du Calme.

 

Ylav W.

18:41 Écrit par Communiste, c'est mon parti ! | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/03/2006

HAINE - SAINT - PIERRE: LA GARE ASSASSINEE.

Il était une fois un village industriel où l’activité grouillait jour et nuit. Cette cité laborieuse s’appelait Haine-Saint-Pierre. Le commerce y était prospère et le carnaval du Feureu fut un moment plus important que le Laetare voisin.

 

Et puis, une à une, les usines ont fermé leurs portes, à cause de circonstances économiques impitoyables mais aussi, dans certains cas, par la faute de mauvais gestionnaires, justes inquiets de leurs propres dividendes et peu soucieux de moderniser l’outil ou de se reconvertir dans la fabrication de produits plus rentables. Par un phénomène logique de déclin, le commerce, dépendant de l’industrie, diminua lui aussi. Les cafés et petits magasins disparurent à une cadence accélérée. Aujourd’hui, Haine-Saint-Pierre ne compte plus qu’une poignée de petits commerces.

 

L’essor industriel avait fort logiquement correspondu avec celui de la gare de formation. Celle-ci resta longtemps la plus importante de la région. Pendant la seconde Guerre mondiale, elle fut la cible des bombardements alliés. Peu de bombes atteignirent leur objectif mais, dans la périphérie, grâce à la « générosité » du bombardement en tapis, beaucoup d’innocentes victimes perdirent la vie.

 

Vint le jour où un réaménagement des services du chemin de fer entraîna la fermeture définitive de la gare. L’objectif était de soulager la station centrale de La Louvière en en créant une nouvelle, plus au sud, dans une position décentralisée. A quelques hectomètres près, la gare de Haine-Saint-Pierre – entre-temps classée ! – rendait inutile l’édification de celle du Sud. Et pourtant, il fut décidé, pour des raisons politiques, de bâtir une nouvelle gare à proximité du sympathique quartier du Mitant-des-Camps, soit-disant pour revaloriser ce dernier. En quoi ce hameau a-t-il pu retrouver une nouvelle dynamique grâce à la gare du Sud ? Nous cherchons en vain. Si nous reculons une trentaine d’années en arrière, nous y retrouvons huit cafés ainsi qu’au moins une demi-douzaine de petits commerces, d’alimentation principalement. Aujourd’hui, la rue ne compte plus un seul café, juste une pincée de petits commerces reposant sur la friterie et le fast food. Quant au développement du logement social, il n’est en rien le corollaire de la gare du Sud. Celle-ci est située dans un bled, inhospitalier voire dangereux l’hiver ; à ce jour, aucun petit magasin ou débit de boisson n’a été ouvert dans cette zone. Et pour cause. S’installer dans un désert, c’est engager un pari dangereux quant à la rentabilité. Cette gare du Sud est un endroit terne, sans relief, sans panache, sans gaieté. De retour du carnaval de Binche, il m’est arrivé, dans le train, d’entendre des voyageurs retournant dans une autre région, s’exclamer en regardant le décor : « On se croirait en ex Allemagne de l’Est ! »

 

Si, au lieu de satisfaire les fantasmes électoralistes de certains, on avait eu l’idée, toute simple et géniale,  - les deux adjectifs vont souvent de pair d’ailleurs - de reconvertir la coquette gare de Haine-Saint-Pierre, le commerce y aurait pris un nouvel envol puisque là, les bâtiments existaient déjà et ne demandaient qu’un aménagement pour devenir ou redevenir opérationnels. Quant au parking, voyez vous-même l’espace disponible, sans compter que la place existe pour une extension. Bienfait supplémentaire : la proximité de la gare aurait rendu un fier service aux démunis logés actuellement dans les bâtiments de l’ancienne usine Jouret.

 

La gare de Haine-Saint-Pierre aurait pu gagner définitivement ses lettres de noblesse et voir se développer un important commerce. Au lieu de ça, on lui a jeté les miettes comme on lance du pain aux cygnes ou des cacahuètes aux singes. Elle porte désormais le nom pompeux de « Cercle d’Histoire Henri Guillemin ». Une association qui accomplit, au demeurant, de l’excellent travail. On ne compte plus les livres édités par ces historiens, le plus souvent amateurs, soucieux de perpétuer la mémoire collective de leur région et nous ne pouvons qu’éprouver admiration à leur égard, les remercier et les encourager à poursuivre leur œuvre. Cependant, nos autorités auraient pu attribuer au cercle Guillemin un autre local. Comme le sort de la malheureuse gare était déjà scellé, au nom du fallacieux principe de la compensation, il fut décidé de rendre hommage au passé en utilisant les locaux pour y établir un musée. Et qu’y a-t-il dans un musée ? Des choses intéressantes, certes mais des choses mortes !

 

Quand vous passez devant l’édifice sans vie, vous apercevez, sur le mur de gauche, une plaque commémorative qui dit : « Ici, durant la guerre de 1940-1945, des milliers de déportés pour le travail obligatoire furent expédiés en Allemagne. » Ajoutons-y un autre type de déportés que nos aïeux ne connaissent que trop et, bien entendu, toutes les victimes des bombardements, de la répression nazie et des collabos et vous avez l’impression amère que tous ces gens sont morts pour rien. En dehors d’une plaque commémorative dont bien des jeunes ignorent la signification profonde car on n’en parle pas ou si peu dans les écoles, l’acte le plus noble, par respect pour les martyrs eut été de rendre vie à une gare qui a, au contraire, été assassinée. Quand un réseau de résistance était décapité par l’occupant, les rescapés, minés par le découragement, avaient parfois l’envie de tout arrêter. Qu’est-ce qui les a poussés à continuer le combat ? Le souvenir des camarades tombés, sous le couvert de la phrase rituelle : « Il ne faut pas qu’ils soient morts pour rien. » La Victoire et la Libération ont donné raison à ces combattants opiniâtres. En revanche, quand je regarde cette plaque, je me dis que ces victimes sont mortes une seconde fois. Là où la mort a détruit la récolte, il faut semer la vie. Rendre la vie pour la mort ! Sinon, la mort triomphe et ricane, appuyée sur sa faux.

 

Voyez la gare de Binche, c’est un petit bijou bien conservé. Puissent nos amis binchois, plus maniaques de leur patrimoine que les Louviérois, la préserver toujours des griffes des prédateurs. Faute de quoi, la place qui lui fait face, deviendra, comme la rue de la Gare de Haine-Saint-Pierre, un désert, inhospitalier comme l’est le plus souvent un désert…

 

CVQ

09:36 Écrit par Communiste, c'est mon parti ! | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |