06/05/2005

LETTRE OUVERTE A OLGA ZRIHEN.

 

Voici la réponse envoyée à madame la Sénatrice Zrihen suite au débat qui a eu lieu lors du Primero de May Alternativo. Celle-ci est peut-etre susceptible de vous intéresser car elle traite d'une des raisons fondamentales de s'opposer à la Constitution Européenne.
 
Chère madame Zrihen,

Vous me demandiez lors du débat (animé mais constructif) qui s'est tenu à La Louvière à l'occasion du 1er mai de vous démontrer en quoi la Constitution Europeenne, qu'une personne éminement progressiste comme vousa malheureusement voté (en catimini) jeudi dernier au Sénat, liait la politique de défense de l'Europe à celle du Traité de l'Atlantique Nord et
de l'OTAN.

J'ai donc potassé mon petit guide de la constitution pour citoyen en mal
de démocratie :)

L'article I-41-7 de la constitution est on ne peut plus explicite:

"Au cas où un État membre serait l'objet d'une agression armée sur son territoire, les autres États membres lui doivent aide et assistance par tous les moyens en leur pouvoir, conformément à l'article 51 de la charte des Nations unies. Cela n'affecte pas le caractère spécifique de la politique de sécurité et de défense de certains États membres. Les engagements et la coopération dans ce domaine demeurent conformes aux engagements souscrits au sein de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord, qui reste, pour les États qui en sont membres, le fondement de leur défense collective et l'instance de sa mise en oeuvre."

Par ailleurs, on est en recul par rapport à la formulation du traité de Nice actuellement en vigueur :

"4. Le présent article ne fait pas obstacle au développement d'une coopération plus étroite entre deux ou plusieurs États membres au niveau bilatéral, dans le cadre de l'Union de l'Europe occidentale (UEO) et de l'OTAN, dans la mesure où cette coopération ne contrevient pas à celle qui est prévue au présent titre ni ne l'entrave."

Autrement dit aujourd'hui, avec le traité de Nice, en cas de conflit, ce sont les intérêts européens qui l'emportent et l'OTAN passe après. Avec la constitution c'est l'inverse.

Encore une fois : Qu'est-ce que cela fait dans une constitution ? Une constitution n'a pas à figer les alliances qui peuvent changer en fonction des attitudes des uns et des autres ? Si demain un coup d'état porte à la maison blanche un pouvoir néo-nazi, les pays européens devront-ils, de par leur constitution et au nom de l'OTAN, lui fournir des supplétifs pour
toutes ses guerres de conquête ?

La constitution, c'est le renforcement du rôle de l'OTAN, donc des États-Unis en Europe.

Ainsi que cela fut dit à plusieurs reprises lors du débat, il est vital que les personnes de la "petite gauche" fassent fit du sectarisme, s'unissent entre elles et avec des figures progressistes sur des objectifs clairs.  Mais il est vital également qu'au sein des partis traditionnels de la gauche des personnes progressistes comme vous continuent d'oser affirmer leur différence et leur opposition aux dérives "libéralisantes" de la gauche. L'indiscipline (de parti) est sans doute parfois une qualité.

Au plaisir de continuer ce débat avec vous,

Pierre Eyben, intervenant lors du Primero de Mayo Alternativo. Parti Communiste / Jeunes à Contre Courant.







08:37 Écrit par Communiste, c'est mon parti ! | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Manif ! Info ultra importante à transmettre à tous vos ami(e)s, contacts (par
téléphone, SMS, bouche à oreille...), à mettre sur sites-web, blogs, etc. :

Jeudi soir prochain - si le gouvernement fédéral ne tombe pas d'ici-là à
cause de BHV - la constitution européenne sera votée à la Chambre.

Un rendez-vous a été donné pour un rassemblement de tous les citoyens :
- qui s'opposent au vote de ce texte sans débat démocratique réel et
contradictoire, ainsi qu'à la campagne de propagande lancée ces derniers
jours en faveur de la constitution européenne ;
- qui pensent que la constitution européenne est un texte qui ne mérite
pas d'obtenir un vote positif jeudi prochain à la Chambre ;
- et qui veulent que l'Europe dise enfin NON à la régression sociale et
démocratique et la stoppe au lieu de la promouvoir.

JEUDI 12/5, dès 17h, en haut du Mont des Arts (Place Royale), 1000 Bruxelles

NB : ce sera une action de consternation et de protestation de citoyens
réactifs, un cercueil recouvert d'un drapeau européen et représentant la
mort progressive de notre démocratie et de notre modèle social sera
présent, ainsi qu'une banderole exposant nos motifs, la presse sera conviée.

Écrit par : Reds | 08/05/2005

Les commentaires sont fermés.