18/06/2004

LES COMMUNISTES DU CENTRE ET LES ELECTIONS...

Après une campagne électorale morne seulement caractérisée par la starification des candidats et l'omniprésence médiatique des seuls partis traditionnels, les élections régionales et européennes ont sanctionné les partis s’identifiant le plus aux politiques ultra-libérales développées en Europe. A l’étranger, les socio-démocrates allemands et britanniques ont subi la même défaite que la droite italienne et française. En Belgique, c’est le MR et surtout le VLD qui subissent un recul (on peut parler de déroute dans le chef du parti du premier ministre.) Etonnement, le Parti Socialiste, qui a pourtant participé à tous les récents gouvernements et s’est souvent appliqué avec zèle à la mise en place de ces politiques antisociales, n’en est pas pénalisé, à l’inverse d’Ecolo qui subit encore les effets de sa participation à la majorité tricolore. Les scores des groupuscules maoiste et trotskyste (PTB: 0.81% et MAS: 0.23 %, Européennes, Collège francophone), ridiculement microscopiques, sont sans appel .Faute d’alternative crédible à gauche, l’électorat progressiste semble donc avoir investi le Parti Socialiste de la mission d’inverser la tendance dominante impulsée par le libéralisme et ses zélateurs de tous bords : attaques frontales contre les droits sociaux, fiscalité favorable aux riches, privatisations,... Mission cruciale car une frange importante de l’électorat a porté ses votes vers l’extrême-droite qui, plus que jamais, entend s’enraciner dans le terreau de la misère, des exclusions, du racisme,... autant de fruits qu’engendre le capitalisme et l'ultra-libéralisme. Le PS saura-t-il entendre ce message ? Nous l’espérons vivement. Car, faute d’une politique résolument progressiste, au service des gens et de la région ; une politique qui réhabilite concrètement les valeurs d’humanisme, de générosité et d’égalité de la gauche et redonne de l’espoir, l’avenir risque de s’assombrir plus encore. Une chance, en tout cas, est donnée au mouvement social (forum sociaux, syndicats, gauche politique, associatif, ...) de peser plus fortement encore sur les choix politiques à venir. Ce mouvement doit continuer à se dynamiser, se rassembler, agir. Son action doit contraindre le PS à inverser la tendance dominante des politiques économiques et sociales. Les communistes entendent bien y contribuer à leur manière.
Ayant fait l’impasse à ces élections-ci, les communistes du Centre s’engagent d’ores et déjà dans la campagne pour les élections communales de 2006.

14:45 Écrit par Communiste, c'est mon parti ! | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.