31/03/2004

Les communistes du Centre s’insurgent contre la scission de la SNCB !

Ainsi donc –sans aucun débat démocratique au parlement- le conseil des ministres a donc décidé, le vendredi 26 mars dernier, de scinder la SNCB en trois sociétés distinctes : une société holding chargée de l’organisation du groupe, une société chargée du transport proprement dit et une troisième société responsable de l’entretien des infrastructures (voies, signalisation,…).Cette décision répond aux directives européennes sur la libéralisation du rail. Une injonction apparemment extérieure mais personne ne doit oublier que ces ukases de l’Union européenne ne sont rendues possibles qu’avec l’approbation des gouvernements nationaux. Comme il en est devenu l’usage, le pouvoir se réfugie derrière l’Europe pour faire ses sales coups. Si le caractère public persiste encore (participation à 100 % de l’Etat belge dans le capital des deux premières sociétés et de 50 % avec majorité des votes de 80 % dans la troisième), qu’en sera-t-il demain ? Rapidement, en effet, le transport marchandise va être mis en concurrence avec n’importe quel opérateur étranger. Suivra ensuite le transport voyageur. On peut donc s’attendre à plus ou moins court terme à voir l’éclosion de sociétés rivales qui marchanderont leurs prix au détriment de la sécurité. L’exemple anglais en témoigne.Quelque 2800 postes seront perdus dans l’opération. Pour le moment, le statut des personnels est maintenu, mais qu’en sera-t-il très rapidement lorsque, au nom de la concurrence, et le statut des agents, et l’emploi, et les salaires actuels seront considérés comme des obstacles à la compétitivité ? A ce propos aussi, l’exemple anglais est affligeant. Un « comité de pilotage », incluant les deux grandes organisations syndicales va être créé. « Ce sera le chien de garde de l’unité de l’entreprise », aurait dit un syndicaliste. Naïveté ou aveuglement ? Chacun sait très bien que cette décision n’est jamais qu’une étape supplémentaire –mais de taille puisqu’elle fait éclater l’entreprise d’état - vers une privatisation totale du chemin de fer.Considérer cela comme un progrès, comme une avancée démocratique est un mensonge éhonté. Pire, c’est une trahison. Les socialistes peuvent se gausser d’avoir obtenu quelques rogatons sociaux lors de l’avant-dernier sommet gouvernemental à Ostende ; le fait d’avoir accepté la scission d’une entreprise nationale qui fut depuis 1926 l’un des piliers de l’Etat est une concession libérale impardonnable. On dit que cela n’aura aucune incidence pour les usagers. Reste à voir dans un avenir plus ou moins rapproché. Mais en attendant, l’usager citoyen, lui, a bel et bien été tenu à l’écart d’une telle décision. Il faudra encore bien des entourloupes verbales pour que Di Ruppo explique la cohérence qu’il y a à soutenir une telle politique de privatisation larvée et à se pavaner dans les forums sociaux anti-libéraux qui s’opposent… aux privatisations et réclament une démocratie participative.Le cœur serré, les communistes du Centre saluent la mémoire de ces centaines de milliers de cheminots qui ont donné passionnément leur vie à la SNCB ; qui y ont lutté âprement. Plus que jamais les communistes continueront à défendre avec d’autres les services publics et s’inscrivent dans la résistance au libéralisme, résistance qui reste à construire !

17:13 Écrit par Communiste, c'est mon parti ! | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

29/03/2004

AGENDA - 1er mai - Primero de Mayo Alternativo

3ème édition du Primero de Mayo Alternativo. Au Cercle Horticole à Houdeng-Goegnies (La Louvière), Chaussée Houtart, 300. LE 1er MAI 2004. Dès 11 HEURES: Rencontre coup de gueule : Quelle gauche pour demain ? Avec François Houtart (Forum Social Mondial, Cetri), Marie Arena (Ministre PS), Zoé Genot (Députée Ecolo), Manuel Morais (Secrétaire Régional du SETCa – FGTB), Jean – Jacques Viseur ( Député CDH), Pierre Beauvois (Président du PC). 13 HEURES : FESTIVAL.Michel Mainil Quartet (jazz) - Blues Rock Syndicate (l'Evènement blues) - AC Bonsa (danses) - Mc Byrar & Mr Rens (hip-hop) - Melchior (rock) - Mirrorball (pop-rock) - El Pueblo de la Lluvia (ska festif latino, ex-Kikunpaï, Charleroi) - Working Frog (street-punk, Dunkerque, France) - Les Porte-Mentaux (rock alternatif, Paris, France) - DJ K-Rim (Arabian Dub). En permanence : stands, exposition du collectif Art Panik, petite restauration, autres surprises ! 5 euros Lucha & Fiesta organisation. Web :http://users.skynet.be/club.achille.chavee/jeunes00.htm

21:43 Écrit par Communiste, c'est mon parti ! | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Blues Rock Syndicate: L'Evènement blues!

Blues rock Syndicate c'est: Jean-Pierre Froidebise qui fait entrer sa propre respiration dans le fil rouge des cordes de sa gratte, c'est Michel Leclercq à la guitare qui a sévi dans différentes formations : Blues Drivers, Blue Way, Personnal Blues et Blues shakers. C'est René Stock avec lui aussi, au revers de la gabardine, une carte de visite exemplaire. Il accompagnait Fred Lani dans la formation X-Three, il a exercé au sein des Electric Kings et a accompagné les Blues Drivers aux côtés de Leclercq. C’est un musicien rare, un bassiste extrêmement doué. C'est aussi Steve Shorter: le vieux couguar hirsute qui feulait au sein des Blues Shakers. Il a, ce singulier puma du blues, sans le chercher vraiment, quelque chose de gothique dans la dégaine, un organe vocal qui sent les victoires triomphales sur la bibine, la nicotine, le goudron et les pièges de la vie. C'est enfin Marc Descamps à la batterie. Ah, les loups font meute, ce sont de loyaux prédateurs, les loups ! Descamps a son palmarès, son glorieux pedigree. Il a joué avec Johnny Coplan, avec Froidebise, avec Leclercq, les Platters, Blue Blood et Jo Lemaire.A ne pas rater le 1er mai prochain au Primero de Mayo Alternativo

08:38 Écrit par Communiste, c'est mon parti ! | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/03/2004

Groupe Culte: LES PORTE-MENTAUX

Les Porte-Mentaux c'est les concerts en Hollande avec Manu Chao (Joint de culasse/hot pen's) et Vinandi, les péniches humides et la bouffe vegét en tournée avec les Béruriers Noirs et tous les sauvages de l'époque, Parabellum , Elno et Ritier (Zobi la mouche! Les Négresses Vertes) ... les tournées "Rock en france" avec Blessed Virgin et La Souris Déglinguée. Compilations mythiques et disques vont se succéder ... ce qui permet au groupe, avec beaucoup de concerts (une moyenne de 150/200 dates par an pendant 4 ans), d'élargir son public, le Canada, la Pologne, les pays frontaliers, le Midem, le Top 50 (sans commentaire, 150.000 "Elsa Fraulein" vendu quand même), les télés, les clips, les médias. Les PM seront à l'honneur du festival du Primero de Mayo Alternativo à Houdeng et nous balanceront leur rock alternatif, mélodique et engagé.

08:49 Écrit par Communiste, c'est mon parti ! | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

22/03/2004

La droite se prend une bonne gauche ! Le PCF relève la tête !

Après la déroute que les communistes ont connue lors de l'élection présidentielle de 2002, le Parti communiste français (PCF) peut se sentir soulagé. Dans les quatorze régions où il s'est allié avec le Parti socialiste (PS), il partage en partie le succès de ces listes d'union. Dans les huit autres régions (Alsace, Aquitaine, Auvergne : 9,2 %, Corse, Franche-Comté, Ile-de-France :7,5%, Nord-Pas-de-Calais :10,68% et Picardie :12,2 %) où il se présentait seul, le PCF obtiendrait + de 8 % des suffrages (selon CSA). D'après les premières estimations, il serait en mesure de se maintenir au second tour dans le Pas-de-Calais avec 11,8 % des suffrages. En franchissant la barre des 5 %, il aurait la possibilité de fusionner avec une autre liste au second tour dans les régions d'Ile-de-France (entre 4,5 et 6 %), Aquitaine (entre 4 et 7,5 %), Auvergne (8,7 %). Notons l'incroyable score des communistes de La Réunion: 34,48 %. Pour le PCF, l'enjeu de ces régionales était de se relever de son échec à la présidentielle de 2002, où, pour la première fois de son histoire, le candidat du PCF, recueillant 3,39 % des voix, avait été distancé par deux des trois candidats d'extrême gauche en lice (Olivier Besancenot et Arlette Laguiller). La question de sa survie en tant que force politique nationale était posée. Pour les élections régionales de 2004, le PCF avait estimé qu'il pourrait parler de succès là où il dépasserait 5 % des voix quand il se présentait seul.En Ile-de-France, sa secrétaire nationale, Marie-George Buffet, en dépassant le seuil fatidique des 5 %, a gagné son pari de mener une liste autonome au premier tour ouverte à des militants de la société civile et associative, une stratégie contestée par une forte minorité en interne. Non seulement les communistes seront présents au conseil régional avec la gauche, mais Mme Buffet a sans doute aussi sauvé sa place de secrétaire nationale du parti.Les trotskystes (LO, LCR,PT) se prennent un gnon : à l'issue du premier tour des élections régionales, les trois partis d'extrême gauche recueilleraient entre 4,5 et 5 % des suffrages, selon les premières estimations (10,44 % de votes au premier tour de la présidentielle de 2002 !) A partir du monde.fr avec AFP et Reuters

12:44 Écrit par Communiste, c'est mon parti ! | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |